Je suis en train de lire Saint Gabriel Fol-en-Christ de Georgie dans la droite ligne d’autres biographies de saints orthodoxes parues à l’Age d’Homme. On y apprend des choses assez intéressantes (celui-là par exemple est né saint, c’est clair et net), en même temps le livre n’est pas si inspirant que cela, car ce n’est pas une autobiographie ou un journal. Et ce n’est pas écrit non plus par un disciple, ni même un pratiquant qui aurait une véritable idée de la vie mystique comme Paul Florensky (qui a écrit une excellente vie de starets Sel de la terre). C’est donc plus une sorte de témoignage journalistique, un peu finalement comme la vie de Marthe Robin. On n’a pas tellement l’idée de ce qui pouvait se passer dans l’esprit de ce saint, même s’il y a beaucoup d’anecdotes, et c’est bien ce qui nous manque. Toutes les oeuvres actuelles sont en train de suivre cette pente. On commémore des saints, on leur consacre des émissions, on compile leurs oeuvres, mais on n’a plus la moindre idée de ce que c’est.

Snap1