Lumières spirituelles

12 mai 2018

Le religion primordiale, pas pour les cervelles d'oiseau

On peut se demander finalement dans quel sens va la décadence. Le christianisme prétend être la religion la plus évoluée de l'Histoire, et puis après, c'est l'islam qui viendrait compléter le cycle de la Prophétie et le porter à sa perfection, mais perfection pour qui ? D'après Steiner, l'homme a connue une certaine involution spirituelle depuis quelques milliers d'années, et le Christ serait venu pour lui redonner certaines possibilités. Alors bon, Steiner n'est pas forcément le summum de ce qui est crédible. Mais enfin, si je regarde les 3 grands monothéismes, qu'est-ce que j'y trouve ? Des règles à n'en plus finir, une mentalité magique assez omniprésente du genre "Si tu fais bien tes devoirs tu iras au paradis", et surtout la croyance que la religion d'à côté, c'est des hérétiques. Forcément. Dès qu'on met des mitsvot ou de la sharia ou des jeûnes et des canons de prière dont l'observance est fondamentale, automatiquement le voisin n'a pas les mêmes et c'est donc un hérétique.

Quand je regarde le clinquant des églises Orthodoxes, je me pose la question : à quoi ça sert tout ce bazar ? Et clairement, ça sert à rappeler les royaumes divins à des gens qui ne peuvent plus les voir dans leur imaginal. Et plus ça va plus ça se complique. On pouvait supposer qu'au temps des premiers chrétiens c'était assez sommaire, mais avec le temps, ça fait comme pour les panneaux de signalisation, chaque jour ils vous en rajoutent. Idem pour les explications de détails de plus en plus petits, plus ça va plus il y en a. On s'adresse manifestement à des imbéciles qui ont perdu tout sens spirituel.

Et quand j'y réfléchis, que je lis les histoires des anciens Mahasiddhas ou de l'origine du Bön, ou ce que dit Aurobindo sur les Vedas, il est clair que ces gens voyaient un peu plus haut et un peu plus large que les saints chrétiens, et qui n'avaient pas besoin de 613 mitsvot pour savoir quoi faire de leur vie. Peut-être bien que ces histoires d'âge d'or, ça a existé pour une certaine humanité, je suis en fait assez persuadé qu'il y a eu deux lignées dans l'humain, une lignée d'hommes supérieurs (ce qui est plus ou moins attesté dans la Bible puisque les premiers étaient censés vivre 900 ans) et une lignée de singes évolués, et que tout ça s'est joyeusement mélangé. Que maintenant on a partout des singes avec une âme plus ou moins développée, mais plutôt moins que plus.   

Bref, je suis retourné hier à Lourdes, pour constater que j'avais tout simplement perdu la foi dans ces histoires de Dieu-homme qui est venu sauver l'humanité. Je ne sais pas qui il est venu sauver, mais je constate chaque jour que ça n'est pas moi, quant à ceux qui prétendent en faire partie, ça n'est pas le genre de personne à qui je voudrais ressembler, ils ont l'esprit tellement étriqué que je ne comprends pas comment on peut avoir si peu de neurones fonctionnels et être vivant. Quoique un ami m'expliquait qu'on automate pouvait faire pas mal de choses avec quelques centaines de neurones, et qu'une cervelle d'oiseau suffirait largement à mener la majorité des existences humaines. 

Posté par Ian Alexander à 23:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


06 mai 2018

De l'impossibilité de trouver des gens raisonnables

Dans mon malheur j'ai de la chance. J'ai 2 ou 3 personnes avec qui je peux parler sans avoir à me dire que c'est dans le vide, ce qui est loin d'être le cas de tout le monde. Parmi ceux qui ont quelque connaissance. 

Il est facile de se faire des amis quand on n'a rien à dire. C'était mon cas lorsque j'étais jeune. Disons plus exactement que j'avais toutes sortes d'opinions dont je pouvais changer très facilement, j'écoutais volontiers les gens qui semblaient en savoir plus que moi, et pour ceux qui ne savaient rien, je ne leur disais rien de vraiment dérangeant. Ça ne vexait personne quand j'expliquais comment faire des rêves lucides, ou ce qu'on pouvait y faire. 

Maintenant que j'ai acquis quelque expérience, et donc quelque connaissance réelle, tout a changé. Car le problème de la vraie connaissance, c'est que tout est relié en vertu de l'interdépendance, et il y a malheureusement quelques jalons incontournables par quelque bout qu'on prenne les choses. Par exemple cette histoire de corps d'immortalité obtenu par un processus alchimique. Quoi qu'on n'en pense, on n'y coupe pas. Un véhicule capable de garder sa cohésion après la mort ne peut pas être fabriqué de mille façons possibles, parce qu'il y a là des lois qui sont l'équivalent des lois de la physique. SI on fabrique un avion, il y a un certain nombre de règles à respecter, point final. Si je prends une tasse en porcelaine et que je déclare que c'est un avion, libre à moi, mais si mon salut dépend d'avoir un véritable avion, je suis vraiment un débile mental avec ma tasse. Or c'est à peu près ce que fait tout le monde, prendre divers objets, ceux qu'ils ont sous la main comme par hasard, et déclarer fièrement "ceci est un avion". C'est à peu près l'homme qui prend sa femme pour un chapeau. Alors une fois qu'on a mis la main sur les quelques objets incontournables de la spiritualité, et qui sont présents dans toutes les traditions si on sait où chercher, il devient impossible de s'entendre avec qui que ce soit, car de nos jours, plus personne ne les cherche. Même si on peut tout prouver avec des textes, les gens préfèrent avoir leurs opinions fondées sur leur subjectivité d'êtres omniscients. 

C'est ce qui m'est arrivé avec mon ami ** que j'aime bien pourtant. Il est persuadé d'être un bodhisattva, d'être réalisé et ainsi de suite, à part ça il est incapable de percevoir l'état de son interlocuteur, par exemple quand ce dernier est épuisé et qu'il ne rêve que d'une chose, pouvoir raccrocher le téléphone. Et si par hasard l'interlocuteur en question lui signale qu'il est épuisé, il fait des inférences délirantes genre "En fait je le dérange inconsciemment mais il ne s'en rend pas compte". Alors pour éviter ces sortes d'inférences, le gars préfère se taire, et là ça peut durer, parce que l'autre, il est parti pour un moment à raconter ses histoires qui ne passionnent que lui-même.
Il y a eu un autre gars, il y a quelques mois, avec qui je pensais possible d'échanger, mais il y avait là la même sorte de problème, il se croyait réalisé, et non seulement ça il n'y avait que Ramana dans toute l'histoire de l'humanité qui avait obtenu la vraie réalisation. Alors on va me dire "bon c'est son opinion, on s'en fout, ça n'empêche pas d'échanger sur autre chose". Mais le problème ma bonne dame, c'est que tout étant interdépendant, l'esprit capable de formuler une idée aussi délirante, va en formuler une infinité d'autres, c'est sa nature. Tout est contaminé par une torsion fondamentale indéboulonnable parce qu'elle a une raison d'être émotionnelle. Le gars s'est construit là dessus. Au final il se prétend dans l'amour divin mais en cherchant bien j'ai trouvé des discussions où il est vraiment infect avec des pauvres gens, et ce pour des raisons délirantes. Normal. 
Troisième possibilité récente avec un higoumène Orthodoxe sympa. Alors celui-là c'est autre chose, pour lui il ne faut rien chercher à savoir, et la grâce de Dieu n'est pas de l'ordre du sensible. Même si tous les saints ont finalement dit le contraire, à savoir qu'elle est sensiblement perçue, et on peut prouver logiquement qu'il ne peut en être autrement, ce brave homme en a décidé autrement, pour la bonne raison qu'il ne sent pas grand chose, et qu'il est fondamental pour lui de se croire dans le vrai. On peut à partir de là lui citer tous les textes, il n'a qu'une seule réponse "Dieu est simple". Oui, alors on ne définit pas l'acte simple de la même manière, mais alors pas du tout. Pour moi simple=interdépendant, tout est un. Pour lui simple=pas besoin de se casser la tête.

Tout ceci pour dire que vraiment les gens sont butés à un point inimaginable - sauf ceux qui retournent leur chemise toutes les 3 lignes sans s'en rendre compte, ce qui là aussi rend toute discussion caduque -. C'est évidemment pour ça que tout va si mal. 

Au final, il me suffit d'échanger quelques mots avec une personne pour savoir que tout échange sera impossible, toujours pour des raisons émotionnelles. Moi qui aimerais vraiment apprendre de nouvelles choses d'eux, je ne peux pas. Parce que ce n'est pas comme la menuiserie, où je suis assez incompétent (même si je passe mon temps à construire des trucs bancals), et il serait facile de m'apprendre des choses. Une fois que je connaîtrais la menuiserie, on pourrait m'apprendre la plomberie, et ainsi de suite. En spiritualité c'est différent, les connaissances ne sont pas de cet ordre. Aun début ça semble s'additionner horizontalement (en fait plus personne ne sort de cette phase d'apprentissage basique, sauf quelques Rinpoches), mais au bout d'un moment ça prend une autre direction, et toute nouvelle connaissance procède d'une finesse de vue qui devient plus fine. On voit toujours les mêmes objets, mais ils s'assemblent différemment parce qu'on voit des nouveaux rapports entre eux. Et on les voit parce qu'on voit plus de détails. Par exemple l'autre jour je regardais un arbre et je le voyais briller de mille feux (ce qui m'a rappelé le blog de Christophe Allain). Mais en fait je ne voyais rien de plus qu'avant, des milliers de feuilles brillantes où se reflétaient le soleil, pas besoin de nouvelles lunettes pour ça, et pourtant je ne l'avais jamais vu de ma vie. 

Donc, pour donner un exemple facile à comprendre, un ami me parlait récemment d'un gars qui avait écrit un bouquin sur la façon dont toutes sortes de termes (et donc de concepts valides) avaient disparu depuis la Révolution, en sorte que le peuple n'a plus les outils nécessaires pour réfléchir (cf aussi la langue de bois dont j'ai parlé ailleurs). Et puis il y a aussi les termes dont la définition n'est plus correcte. Par exemple, en bouddhisme, si la vacuité n'est pas définie correctement, ce n'est plus du bouddhisme, on crée une nouvelle religion. Donc cet auteur défendait une thèse conspirationniste, en gros les élites l'ont fait exprès pour déposséder le bon peuple. Alors ce gars, il en est à un point de finesse pas très raffinée. Parce que s'il avait un peu regardé le monde auteur de lui, il aurait su qu'il n'est pas nécessaire de conspirer pour tordre le sens des mots. Il suffit de laisser faire le bon peuple. Mettez deux millions de crétins au bouddhisme, et vous êtes sûr de créer une nouvelle religion sans l'intervention d'aucune intelligence maligne. Parce qu'aucune de ces personnes n'est en mesure de comprendre le vrai bouddhisme. Et ce sont les "élites" elles-mêmes qui se chargent du boulot. Pas les vraies élites (les Rinpoches), celles-là se contentent de se taire. Mais les semi-élites, ceux qui ont le pouvoir en réalité, les Matthieu Ricard et compagnie. Qui écrivent des bouquins ineptes qui ne sont pas du bouddhisme. On observe le même phénomène avec le christianisme, bien que ça se passe d'une manière différente. Ce sont les gens en charge, les responsables, qui ont perdu la connaissance véritable, par paresse intellectuelle, et/ou faute d'avoir eu un maître qui leur donne la réalisation, comme c'était le cas autrefois. Et plus personne ne les arrête dans leur oeuvre de destruction.

On a le même phénomène qui se reproduit dans toutes sortes de domaines, surtout que maintenant "chacun a toute la connaissance en soi". Alors chaque parent est devenu un fin psychologue qui sait exactement ce qu'il faut pour son enfant, et comment l'éduquer au mieux. Par exemple le laisser traîner toute la journée sur un téléphone portable "parce qu'il aime ça" jusqu'à ce qu'il montre des signes d'imbécillité avancée, alors là on va voir la conseillère machin-truc "Ah mais c'est peut-être à cause du portable. - Ah bon, mais comment aurais-je su ?". Mais observe un peu ton gosse, connasse. "Ah là là je m'en veux. - Mais non madame, ça n'est pas de votre faute, vous ne pouviez pas savoir". Sauf en observant ton gosse, connasse. 
Alors curieusement, ma copine élève mieux son chien que sa gamine. Si le chien fait pipi par terre, hop, dehors "Va réfléchir un peu". Par contre, quand sa gamine l'insulte, rien. Moi :"Pourquoi tu mets dehors ce pauvre chien qui n'est pas capable de réfléchir (il a 3 mois), alors que tu ne mets pas ta gamine dans sa chambre quand elle fait pareil, elle qui est en âge de réfléchir ?". Quand on n'est plus aveuglé par ses voiles émotionnels, on y voit clair, c'est dingue. Résultat, la personne qu'on "aime" va se retrouver avec une vie de merde à cause d'une éducation pourrie, et le chien qu'on n'aime pas tant que ça finalement va se retrouver bien éduqué. Concusion : il faudrait échanger ses gosses avec ceux des voisins, et ils seraient tous bien éduqués.        

Posté par Ian Alexander à 02:41 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

30 avril 2018

Discussion archontes et autres

J'imagine que ça doit nettoyer les énergies ambiantes.

On dirait que ça dépend quelque peu de ce qu'ils décident de faire. En tous cas mon ex-lama ne nettoyait pas la connerie de ses disciples, ni leur égrégore pourri. Il me suffisait de 3 séances au milieu d'eux pour que je cesse de le voir comme un être extraordinaire (ce qu'il était en partie), ensuite je devais attendre 3 mois avant de revenir.
Comme si le groupe m'implantait ses croyances et qu'après je ne puisse plus m'en débarrasser. Une résonance se faisait entre leurs esprits et le mien qui m'obligeait à adopter leur point de vue. En 3 mois j'avais cependant le temps de changer assez pour que la résonance ne se fasse plus, mais elle se refaisait au bout de 3 fois.

Selon une autre version, les archontes ont créé la race humaine et se font passer depuis l'âge de pierre, pour nos dieux (voir la création d'Adam et Ève et l'histoire de la côte). Ainsi, pour l'homme non conscient, le dieu qu'il glorifie serait non pas le dieu de sa véritable origine, mais le dieu de la matrice d'où il est tenu prisonnier.

Je connais parfaitement cette histoire, qui malheureusement ne tient pas du tout compte de la réalité. La réalité des saints je veux dire. C'est toujours la même chose, des illuminés prennent leur propre expérience et celle de quelques autres personnes pour bâtir une vérité qui contredit absolument l'expérience de milliers d'autres personnes. Au lieu de chercher une théorie qui réconcilierait les deux.
Que par exemple les archontes tiennent sous leur pouvoir une partie de l'humanité, mais pas tout le monde. Seulement, en disant qu'ils se font passer pour nos dieux, eh bien on empêche les gens d'aller vers le seul endroit qui pourrait les libérer : ces mêmes dieux sous leur forme véritable.
Voilà comment certains font le mal en voulant soi-disant faire le bien.
Même les saints (presque tous) tombent dans ce type d'erreur, quand ils disent que la religion d'à côté c'est une hérésie.
Vraiment c'est pénible.

Alors oui, je confirme, il y a bien des archontes, vu la bêtise galopante des gens. Mais ils ne sont pas là où on croit.

De plus, les archontes occupant le plan astral, c'est de là qu'ils ont amené la chute des âmes en leur faisant croire qu'ils étaient des êtres de lumière dans les plans de lumière : Car ils utilisaient déjà la technologie miroir qui pouvait refléter la lumière, et sans le savoir l'âme est entrée dans une matrice dissociée (voir la Pomme de la Tentation et le Serpent).

Aurobindo te dira que cet arbre, c'est le mental, et que c'est une évolution. Sauf que les gens l'utilisent mal. Sans compter qu'en définitive, il y a fort peu de gens qui ont un mental correct.

Dans sa vision il fut capturé par des archontes en tant que cette substance et fut injecté dans le sang de la race de singe ; Et de là, toute ses capacités se sont vues noyées, et il ne pouvait seulement plus que pousser des grognements. De frustration, il éprouva une vive haine.

On peut aussi se dire que cette vision a été envoyée par les archontes pour plonger dans la confusion un pauvre gars qui n'a aucune sorte de discernement et lui faire rejeter la réalité de sa condition. Ça a bien marché, visiblement, maintenant le gars n'a aucune chance de s'en sortir.

Si tu veux savoir ce qui s'est passé vraiment, pose-toi la question :"Je suis Dieu, lumière infinie, et je veux créer d'autres êtres divins, et libres, afin de jouer avec eux. Comment vais-je m'y prendre ?". Si tu es capable de répondre à cette question, tu sauras le pourquoi du comment, et tu n'auras plus besoin de prendre tous les témoignages pour la réalité, parce que la réalité, elle est logique.

(...)

Et donc que feras-tu au paradis sans le corps de lumière qui te permettra de voir ce qu'il y a là ? Parce que au fait, qui te dit que l'être doré ne t'a pas prêté un instrument de perception, par exemple ?
Des tas de gens font des expériences mirifiques et se disent "je suis divin, je suis omniscient etc...". Franchement, si c'était le cas, ça se saurait. Il faut être un peu lucide. Des êtres ont le pouvoir de changer temporairement notre perception pour nous montrer des choses que nous ne percevons par habituellement.
http://www.eglise-orthodoxe.eu/text_sarov_motovilov.htm

La nature humaine, c'est qu'on peut tout mettre, dans une âme. Mais franchement, si un roi prête son château pour faire une fête, il ne viendrait à personne l'idée de croire qu'il est devenu roi. Pourquoi est-ce que dans le domaine spirituel tout le monde se croit devenu roi à la moindre expérience prêtée par un être supérieur ? L'oeuvre suprême des archontes, c'est réellement notre prétention.
Nous sommes vides par nature. Tant que nous ne maîtrisons par la technique pour conserver les lumières qui nous traversent, nous restons vides. La bêtise suprême de l'être humain, c'est de croire que ce qui le traverse lui appartient. Pourtant on voit à chaque instant que ce n'est pas le cas au plan matériel. Nous voyons une belle femme, nous appartient-elle ? Il semblerait que non...

Posté par Ian Alexander à 14:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 avril 2018

Discussion sur tummo

Par contre la plupart des ressources internes (écrit par des gurus) n'insistent pas vraiment sur l'aspect important du froid pour la génération de tummo, alors que selon les ressources externes (écrit par des observateurs / voyageurs) on lit quand même que les pratiquants ont été exposés au froid. 
Du coup, j'ai une hypothèse : c'est qu'ils ne font pas la même chose. Ce qui serait logique par ailleurs. 
Je m'appuie pour dire cela sur l'expérience d'un ami, qui pratique également tummo, et qui l'a fait selon deux méthodes : la mienne, qui privilégie l'aspect le plus interne, et celle de Wim Hof, avec bains froids et compagnie. Comme il avait déjà pas mal d'expérience sur la première méthode, il a pu me dire tout de suite que la deuxième méthode ne développait pas le même type de chaleur. Ce dont je me doutais fortement en voyant la tête de Wim Hof qui ne me semble pas resplendir de félicité. Pas comme les Rinpoches en tous cas. 
Donc je crois tout simplement que dans le cas des tibétains qui pratiquent dans le froid et la neige, les 2 aspects se mêlent, ce qui fait que les Occidentaux avec leur esprit scientifique pas très subtil n'auront retenu qu'un seul aspect des choses, le plus grossier. 
Pour moi, le vrai fuel de tummo, ça n'est pas le froid, c'est la dévotion en premier lieu, et les émotions perturbatrices en second lieu. Au bout de 11 ans j'en suis absolument convaincu. Ensuite, une fois qu'on a la "bonne" chaleur (la subtile), les pranayamas peuvent aider, mais le danger finalement, c'est toujours de se retrouver avec la "mauvaise" chaleur (la grossière).
Quoique le seul danger c'est finalement de ne pas avoir beaucoup de résultats, ou éventuellement de se cramer comme c'est arrivé à Lama Yeshé. 
Avec la "bonne" chaleur, il y a d'autres problèmes, c'est tous les karmas qui sortent. Peut-être que dans ton cas il y a un peu des 2. Ce qui me fait dire qu'il y a de la grossière dans le tas, c'est qu'une colonne de chaleur subtile aussi balaise que ce que tu décris... tu devrais émettre de la lumière. Et tu aurais eu pas mal de souci à la développer, parce que déjà une petit colonne toute fine, c'est une félicité insupportable, nos canaux ne sont pas faits du tout pour ça, on se tord de douleur, et la transformation, apparemment ça prend du temps. Sans parler de tous les karmas qu'il faut se manger, de la sensibilité insupportable qu'on développe envers l'extérieur et ainsi de suite (c'est pas pour rien que les gars se mettent dans des grottes, sinon on se chope tous les karmas qui traînent autour, et même plus loin).  
Au fait c'était quoi ta kundalini ?
Quelle place a le stage de dissolution dans le processus selon toi?
C'est une question de raffinement de l'énergie. Avec le stade de génération on fabrique un yidam un peu grossier, à base de visualisations (entre autres, mais c'est pas le ressort principal). Il faut ensuite raffiner cette énergie pour pouvoir la densifier (plus elle est raffinée, mieux ça passe dans les canaux, sinon on crame tout).
 
Je serai assez curieux aussi de savoir un peu ce que tu pratiques :o)

J'ai commencé avec des pranayamas en 2007 mais j'ai fini par avoir quelques soucis avec ça (j'y allais pas avec le dos de la cuillère). Du coup j'ai essayé de mieux comprendre ce que je faisais, et ce que ça voulait dire "faire entrer les vents dans le canal central" ou "dissoudre les vents dans le canal central". Parce que tout ça, bon, ça a un sens concret, en lien avec nos perceptions. J'ai donc cherché où sont les vents, ce qu'ils sont précisément, ce qui les fait bouger : l'amour en premier lieu, mais la souffrance ça marche très bien aussi. Tu peux essayer de te piquer avec un truc pointu ou de te pincer, tu feras sûrement des observations intéressantes sur la façon dont les vents réagissent. 
Ensuite la difficulté, c'est de relier un de ces deux sentiments avec nos perceptions usuelles (qui sont nos vents, en réalité). C'est pas pour rien que dans les lignées spirituelles, il y a des sacrées transmissions (d'énergie spirituelle), et aussi que le maître fait une partie du boulot pour le disciple, parce que partir de notre état de base, c'est pas gagné. 

Posté par Ian Alexander à 21:26 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :

28 avril 2018

Lettres à un ami (2) (karma et imaginal)

Moi-même, il n'y a que les faits qui m'intéressent, avec une réserve cependant : il faut qu'il y ait un certain renouvellement, et que ce ne soit pas comme tu le disais à ton vendeur de journaux "il n'y a que les noms et les dates qui changent". Si tu avais été dans un monastère theravada, une prison thaïlandaise, si tu t'étais mis au violon ou à la flûte, ou au roller, si tu devenais musulman, si tu te mettais à voir des gnomes ou des extra-terrestres, je serais bien évidemment très intéressé. Raison pour laquelle le paragraphe "chirurgie esthétique" m'a le plus intéressé puisque c'était nouveau. Mais tu te doutes qu'il y a des rubriques dont j'ai entendu parler tant et plus (...). Et 10 ans plus tard, ça n'a pas changé, du moins dans les récits que tu en fais et les énergies ou sentiments véhiculées. Je n'ai pas de doute que pour toi c'est plus intense donc toujours aussi intéressant, mais c'est quelque chose dont ton interlocuteur ne peut pas bénéficier. Tu investigues toujours les mêmes objets, et tu as toujours les mêmes relations vis-à-vis de cet objets, c'est d'ailleurs ce qu'on appelle le karma. Exemple : si tout à coup tu ouvrais une école pour les gosses de prostituées thaïlandaises ou si tu te mettais au service d'un lama tibétain, ce serait une relation nouvelle. Cela dit il est très difficile d'avoir une relation nouvelle avec un objet ancien, il est bien plus facile d'en changer. Le but étant finalement toujours de percevoir le karma = ce qui nous oblige à avoir telle relation avec tel objet. Si on change d'objet, on peut éventuellement constater que lorsqu'on revient à d'anciens objets, la relation a changé. Sinon, je crois qu'il n'y a quasiment aucune chance.  
Mon problème n'est donc pas la gêne, mais la lassitude d'avoir à entendre encore ou toujours ce que j'ai déjà entendu 100 fois. Je dirais même qu'autrefois c'était plus intéressant, car il y avait plus de variété. Que toi tu te sentes mieux avec la même chose, j'en suis content pour toi, mais honnêtement, cela ne change pas ma vie de l'apprendre.
Que tu interprètes les choses en termes de gêne montre une fois de plus que tu ne me captes pas du tout. Je ne vois pas ce qui pourrait me gêner dans tes histoires, à part le fait de devoir les écouter pour la 100ième fois. J'en ai inventé des biens plus intéressantes (en ce qui me concerne), et ce que tu ne sais peut-être pas, c'est qu'une chose correctement imaginée est plus réelle qu'une chose concrète, par la vertu du "nouveau corps", qui grâce à son aspect "matériel" permet de vivre concrètement les choses imaginées. J'en ai fait le test plusieurs fois : imaginer une chose, et aller vivre cette chose pour voir si c'était mieux. Le vécu est généralement moins efficace en termes de transformation. Pour cette raison, je peux affirmer que des relations avec des femmes, j'en ai eu tant et plus (je ne parle pas de relations "idéales", je parle de toutes sortes de relations). Si nous avons le même genre de nouveau corps, tu sais que c'est possible, sinon je ne chercherai pas à t'en convaincre.    
En fin de compte, quelqu'un qui vit principalement dans l'action met beaucoup plus de temps à accumuler les expériences que quelqu'un qui sait comment agir dans l'imaginal et qui le vérifie avec 1% d'action matérielle. De la même façon, une personne qui connaît à peu près le piano peut ensuite apprendre des morceaux entiers sans toucher un piano,  et elle deviendra en réalité beaucoup plus forte que des personnes qui n'apprennent que sur le piano. Moi qui n'avais jamais eu la moindre relation "amoureuse", comment ai-je pu tout à coup me mettre avec quelqu'un, et que ça fonctionne, avec mon caractère impossible ? Parce que je l'avais imaginé depuis longtemps, et corrigé tous les défauts rédhibitoires - il y en avait beaucoup -. Je ne vais pas te rappeler que tu as gâché une centaine d'occasions, pour ne jamais avoir créé le modèle intérieur qui t'aurait permis de comprendre enfin les femmes, et ce qu'elles attendaient de toi... 
En fait on va beaucoup plus vite et plus loin avec l'imagination "vraie", parce que les choses les plus intéressantes et les plus transformatrices, on ne les trouve pas dans la vie réelle, mais dans le nouveau corps. Il y a les expériences qui nous tombent dessus, mais il y a aussi ce qu'on crée soi-même avec son nouveau corps, qui permet une évolution. 
Je me doute bien que tu récuses le concept d'évolution, mais c'est une absence de clarté concernant ton propre comportement. Pourquoi vas-tu voir des filles, si ce n'est pour évoluer et te libérer d'un certain karma ? Mais en faisant les choses toujours au même niveau, on voit bien que ça plafonne. Il y a des karmas plus subtils qui ne seront jamais touchés par des relations qui empruntent toujours la même forme. Les récits que tu fais le prouvent, ça fait 15 ans que tu parles de te nourrir de la frustration. Très sincèrement, tu aurais eu le temps de passer à autre chose, et de changer de vocabulaire. Parce que, quand l'expérience change, le vocabulaire change. Tout change.  
Je peux prendre mon propre exemple avec l'amitié. Je peux dire qu'au jour actuel, je n'ai plus d'amis, même s'il y a des gens avec qui j'échange. Alors qu'autrefois, avoir des amis c'était ma structure fondamentale. Mais j'ai créé des amitiés de plus en plus profondes dans mon nouveau corps, en sorte que tout ce qui peut se manifester matériellement n'est qu'un reflet de plus en plus pâle de ce que je vis par ailleurs. Il en va de même au niveau amoureux, bien sûr. Je ne fais donc plus d'efforts pour avoir des amis, comme tu le constates... Vraiment je t'aime bien et ça me désolerait de te faire de la peine, en même temps si notre ancienne relation n'a plus fonctionné c'était pour des raisons précises de répétition des mêmes choses que je ne veux pas reproduire. Que tu ne me captes pas, je l'ai accepté, et aussi le fait que tu ne sois intéressé que par tes histoires et pas les miennes. Pas de souci, c'est pareil avec tout le monde. Mais dans ce cas, il va falloir te renouveler, ou passer à un autre genre de récit. Après tout il y a maintes façons de relater une expérience. Si la profondeur change, la façon de raconter se modifie, car les vrais événements ne sont plus des faits matériels, et pas davantage la réalisation de la conscience pure et de ce qui se trouve au-delà. Il y a toute une hiérarchie de domaines intermédiaires. En quelque sorte, on n'est plus sur le sol terrestre, quoique étant toujours dans une forme de "matière".  
PS :
Il faut savoir que la vision symboliste est toujours subjective. C'est l'erreur de beaucoup de gens d'avoir pensé le contraire. Par exemple il y a une science des lettres avec le sanscrit, l'arabe, l'hébreu... Tout le monde la prétend objective. Si elle l'était il n'y en aurait qu'une. Si elle est multiple, c'est parce que le cosmos s'établit d'abord dans le corps du mystique, dont les lettres extérieures sont des symboles, qui se renouvellent en permanence. Les lettres lui permettent seulement de lire sa propre intériorité. 
Tu fais la même chose avec les planètes. Mais ton décryptage intérieur de toute cela t'est purement personnel, au mieux ça pourra donner des idées à quelqu'un qui aurait construit dans son intérieur un outil similaire. Car tout dépend de ce qu'on a construit dans son intérieur. Il n'y a pas de réalité objective. (Tiens, est-ce que tu as lu Et que rien ne te fasse peur ? Il y a un certain Gyaltsen Rinpoche parti en corps d'arc en ciel, il passait à travers les murs, et les chinois avaient beau lui mettre des menottes, elles tombaient, ils devenaient fous). Bref, moi je n'utilise pas les planètes, ni les tarots, mais seulement les vents canaux et gouttes, pour décrypter le "monde". Plus exactement, c'est le matériau de base de tous les systèmes d'interprétation, et on construit ce qu'on veut avec ça. Mais surtout, on est au courant que c'est des constructions. Le but étant toujours de dénouer son karma et de créer l'outil le plus adéquat pour ça. Comme on s'en doute, il change avec le temps, puisque si ça marche, le karma devient de plus en plus subtil... (et au risque de me répéter, si tu me dis que le karma ne t'intéresse pas, je te dirai que si c'était le cas tu resterais chez toi. Parce que ce que tu appelles "action spontanée", c'est ta façon de chercher les meilleurs moyens pour dénouer ton karma. Aujourd'hui tout le monde confond la spontanéité avec le fait de ne pas voir les raisons de ses actions). 

Posté par Ian Alexander à 13:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


27 avril 2018

Electro-sensibilité

J'ai découvert que j'étais electro-sensible. Pas dramatiquement (sinon je le saurais depuis longtemps), mais suffisamment pour devoir éviter certains lieux. En fait je le suis sans doute depuis un certain temps sans le savoir, puisque chez moi j'avais pris des mesures préventives pour éviter la pollution électro-magnétique. Mais il se trouve que j'ai téléphoné 2 fois 3h avec un téléphone sans fil et les 2 fois j'ai eu les mêmes symptômes environ 3h plus tard, augmentation des acouphènes et beaucoup de mal à dormir, comme si j'avais les vents dans tous les sens après avoir fait du vélo.
Après ça, je devais faire 5j de retraite dans un monastère et j'ai emmené mon matos de mesure, au cas où. Là-bas j'ai découvert des chambres très polluées en basses fréquences (40v/m) ce qui ne m'a pas inquiété outre mesure vu que je ne me croyais pas sensible aux LF mais seulement aux HF. J'ai même utilisé l'ordi portable qui balançait 150v/m pour lire un kindle, histoire de dire que la suite n'était pas psychologique. Je dormais le moins en moins, 5h le 3è jour, et 3h le 4è jour. Le 5è jour j'ai compris que je n'allais pas dormir, bien que je sois franchement épuisé. Brusquement j'ai eu l'idée que c'était le rayonnement électrique et j'ai cherché le meilleur endroit dans le bâtiment, qui s'est avéré être la salle de bain, où il n'y avait quasiment rien. Je me suis donc couché là sur 2 tapis de yoga, tout habillé, avec le bruit sympathique de l'aération, et le stress du dérangement possible par les autres gens logeant à l'étage venant faire pipi en pleine nuit. Malgré quoi j'ai réussi à m'endormir. Du coup j'ai translaté mon matelas à 2h30 du matin et j'ai passé une fin de nuit potable. De retour chez moi les symptômes ont disparu et depuis j'ai beaucoup dormi. 

Pour les solutions, c'est assez simple. Pour les LF, débrancher les mauvais appareils, mettre des câbles blindés, s'assurer que son lit et son bureau sont dans une bonne zone, se brancher à la terre avec un fil et une électrode par exemple (on peut vérifier que ça marche avec un appareil). Pour les fréquences de type linky, on peut mettre des filtres sur le réseau (et pour neutraliser linky, il suffirait d'un bon filtre passe-bas à la sortie du compteur). Pour les HF chez soi, tout le monde sait quoi faire. Pour celles qui viennent des antennes c'est plus compliqué et cher, entre peintures réfléchissantes, baldaquins et rideaux... dans tous les cas on peut tout vérifier avec des appareils de mesure. Et dans l'ensemble, je dirais que les solutions non-mesurables sont à éviter, puisque c'est le terrain favori des escrocs. 

Posté par Ian Alexander à 18:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 avril 2018

Lettres à un ami (1) (Des affirmations qui n'ont de sens que fondées sur des comparaisons)

Il me semble qu'il est très difficile d'établir des échelles inter-individuelles. Par exemple, quand une personne dit "Je ne m'intéresse plus aux expériences" (par exemple), qu'est-ce que ça veut dire ? Que sur une échelle de 1 à 10, elle est passée de 10 à 1 au cours de sa vie. Il n'empêche que son 1 peut constituer le 10 d'un autre. Que son absence d'intérêt, translaté dans la tête d'un autre, serait perçu comme un grand intérêt.
Je note que pour quelqu'un qui ne s'intéresse pas aux expériences, tu en as dressé une liste considérable et que tu en as une extraordinaire mémoire. En soi, c'est tout à fait étonnant. Pour ma part, je ne me souviens plus de rien au bout de 15 jours, même quand ça me paraît absolument fondamental sur le moment. Idem pour les "réalisations". Je n'ai plus la moindre idée de quoi ni quand, je trouve qu'il est trop fatigant d'y penser, de toutes façons la personne que j'étais hier a disparu aujourd'hui. Comme qui dirait, "laissez les morts enterrer les morts".
Tout ce que tu dis appartient toujours au même système. Ce que tu n'as pas vu il me semble, c'est que ce système est complètement non valide au regard d'autres systèmes. Un saint chrétien ne reconnaîtrait rien dans tout ça, ni un saint soufi. Ajoutons qu'ils ne se reconnaîtraient pas entre eux. Tu prétends être au-delà de tout système, mais c'est faux. C'est évidemment une opinion qui n'engage que moi. 
Tu remarqueras qu'il n'y a rien de plus commun chez l'être humain, que cette prétention à se trouver au-delà de tout système, ou à posséder le meilleur système, celui qui englobe tous les autres. C'est universel, et rares sont les saints qui en sont sortis. Mais même cette conscience pure et toutes ces étapes dont tu parles, c'est une création de l'esprit. L'esprit crée tout ce qu'il veut et ensuite il le hiérarchise comme il veut, mais toujours de façon à ce que chacun soit persuadé d'être plus avancé que le voisin. Il y en a qui mettent l'impersonnel au-dessus de tout, pour les autres c'est l'aspect personnel, pour certains c'est la Trinité, pour les autres c'est le Dieu unique, et puis pour les autres c'est la Déité (maître Eckhart). Les hiérarchies dépendent des valeurs qu'on met en premier, selon que ce soit l'essence ou l'existence, la paix ou le dynamisme, le fond originel ou la création etc... Et puis si on mêle ces choses, alors là la variété devient sans doute infinie. Chacun fait bien ce qu'il veut mais ce qui rend heureux Paul n'est pas forcément ce qui va rendre heureux Jacques, en ceci le bouddha s'est trompé, les saints chrétiens sont nombreux qui le font mentir. Quoiqu'en définitive, bien malin qui peut prétendre savoir ce qu'il y avait vraiment dans la tête du Bouddha, là aussi il faudrait un peu de retenue dans notre prétention à croire tout comprendre. Il faudrait un jour réaliser que nous sommes tous différents. Vraiment différents, et pas juste en surface.
Par ailleurs je me suis quand même fait une réflexion. Si tel lama dit en public que ** est un bodhisattva, on peut quand même s'interroger sur le sens de cette parole, et aussi sur son but. Connaissant la nature humaine, il est certain que tout le monde va être jaloux, quoique de manière évidemment inconsciente. Ou bien alors la nature humaine est devenue tellement nombriliste que personne n'en aura rien à foutre et que tout le monde restera scotché sur son téléphone portable. Peut-être que cette parole est un caillou jeté dans une mare, pour voir qui est encore capable de réagir à quelque chose.  
Ce que je vois avec mon esprit pragmatique et terre à terre, c'est que tu ne perçois pas l'état de ton interlocuteur. Mais alors pas du tout. C'était comme ça autrefois, et ça n'a pas changé. Alors je ne sais vraiment pas ce que c'est, pour toi, la clarté de l'esprit et la non-dualité. Pour moi, cela consiste à être renseigné des pensées des gens, et de leur état. Pour les tibétains aussi, il m'a semblé. Enfin, disons qu'un des effets de la clarté consiste à savoir ce que pensent et ressentent les gens. Quand cette connaissance est obscurcie, il me semble que la cause est toujours la même, à savoir qu'on est complètement pris par ce qu'on raconte soi-même. Il m'arrive de parler à tort pendant 1 ou 2mn, mais je note que chez toi ça atteint facilement 15mn. Cela dit, je reconnais qu'il est très difficile d'écouter l'autre au moment même où on est en train de parler. On devrait quand même "écouter" ce qui se passe après chaque phrase. Au minimum il faudrait enregistrer tout ce qu'a pensé la personne pendant qu'on a parlé même si on ne s'est pas arrêté à temps, histoire de ne pas recommencer les mêmes erreurs encore et encore. Mais encore faut-il l'entendre ?
En fin de compte personne ne t'a appris à écouter les autres (rassure-toi, je ne me propose pas spécialement pour cette tache). Je ne parle pas de les écouter pour projeter ton système d'interprétation sur eux et ta grille de valeurs, mais de les écouter pour ce qu'ils sont. Pourtant c'est intéressant, cela ébranlerait pas mal de structures chez toi, de celles qui te sont totalement invisibles. 
Tu sais, les gens te jugent de la même façon que tu les juges. Tout le monde se met lui-même au sommet de sa propre pyramide, et même ceux qui t'admirent, c'est dans le secret espoir de te dépasser un jour, tu le sais bien. 
Un jour il y a longtemps je discutais avec F*et M*, pour savoir ce qu'elles pensaient de toi. Elles m'ont déçu, au sens où elles t'avaient jugé en 3 coups de cuillère à pot. Mais toi-même, je pense que tu les avais jugées tout aussi vite. Alors tu vas me dire que tu as l'esprit plus clair qu'elles. Mais je vais peut-être t'apprendre un truc, plus on a l'esprit clair, moins on est capable de juger les gens et de savoir quelque chose à leur sujet. Justement parce qu'on a conscience de ce qui nous échappe plus que de ce qu'on voit. Ce qu'on voit c'est le superficiel. Cela dit eux-mêmes voient rarement leur propre intérieur, ça ne veut pas dire qu'il n'est pas là.
Bouclons cette boucle : ce que je critique là, c'est quelque chose que je considère comme superficiel chez toi. Un superficiel qui malheureusement prend beaucoup de place. Ce que tu dis et penses à ton propre sujet, ça n'est pas si intéressant que ce que tu crois. Je considère aussi que ça n'est pas le "vrai" **. Si tout ça pouvait disparaître, alors on verrait clairement autre chose. Mais il faudrait déjà perdre la mémoire de tout ce qui s'est passé, la fameuse liste, et se concentrer sur ce qui est là aujourd'hui. Et peut-être aussi regarder les autres pour ce qu'ils sont, sans vouloir les faire entrer dans notre système. C'est le meilleur moyen de s'oublier soi-même.

Posté par Ian Alexander à 14:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

05 avril 2018

Les autres sont-ils moi ?

J'aurais dis que c'était double, que le regard était illuminé pour percevoir la nature illuminée des choses.

C'est avec les gens qu'on sait. Soit tu n'as que ta propre vision d'eux, soit tu as aussi leur propre vision sur le monde, qui est totalement différente de la tienne. C'est un autre univers.

L'intelligence d'où vient t'elle ?

Des anges ! Comme toutes les qualités (et défauts) d'ailleurs. La nature humaine est vide à la base, c'est ce qui lui permet de manifester tout ce qu'elle veut.

Tu ne penses pas que ce qui compte c'est les graines qui sont plantées, et le résultat pouvant se produire bien plus tard, même si t'es pas là ?

Parler de graines plantées n'est, dans les faits, qu'une façon de se désintéresser du problème. Ce que font les tibétains. Ils ne s'occupent de personne et disent juste qu'ils plantent des graines qui sont très bonnes (pour les vies futures...). Vu qu'on ne sera plus là pour comparer les paroles et les résultats, c'est facile.
Bon, je suis comme tout le monde, je m'investis sur ce que je peux voir sinon je ne fais rien.

C'est quoi les cadres nécessaires ? 
Est-ce que c'est du genre, s'assurer que le disciple ne dévie pas de la réalité de la place qu'il a par rapport au Maître, pour pas qu'il entre dans un délire ?

C'est un premier point. Mais surtout la plupart des gens ont tendance à utiliser l'énergie (ou la connaissance) pour essayer d'aller dominer les autres. Il faut s'assurer que ça n'arrivera pas. Les enseignants néo ont évacué la question en ne donnant pas de transmission personnelle (mais seulement impersonnelle), pour éviter d'être responsables si le disciple fait des conneries. Résultat, les gourous fleurissent à tous les coins de rue, parce que ce que veulent les gens, c'est devenir gourou.

Ça me fais penser à un centre ouvert sans que les autres centres aient été harmonisés. D'où les positions incohérentes. Mais par contre, l'effet de la Shakti n'a pas dû être durable dans ce cas, j'imagine.

Tant que c'est des vents et pas des gouttes, c'est pas durable. Mais les gens ont un bon moyen de rendre ça durable. En devenant gourous, ils se nourrissent de l'énergie des autres et ne voient pas qu'ils sont vides. Il y en a fort peu qu'on pourrait mettre dans un ermitage et qui garderaient leur "réalisation".

la phrase qui me vient c'est "les autres, c'est moi".

Oui et non, parce que l'intérêt des autres c'est que ce sont des autres et que par définition ils sont différents, et qu'en plus ils ont leur petit caractère. Alors je ne sais pas comment ça se concrétise chez toi, mais jusqu'à présent, les gens qui me disaient cela croyaient tous que les autres étaient exactement comme eux. Ils ne voyaient jamais qu'ils étaient différents et qu'il y avait un enrichissement à comprendre cette différence.
Si l'autre c'était moi, les gens que j'aime m'aimeraient aussi. Or justement, c'est rarement le cas, preuve qu'ils ne sont pas moi. Comme dit Steve Jourdain, il y a la mauvaise et la bonne dualité, et il ne s'agirait pas d'effacer la bonne.

C'est le karma que je dis que c'est une connerie. C'est une croyance qui fait qu'on ne s'en sort jamais. Le cercle vicieux de l'incarnation avec son bordel karmique, il faut vraiment voir qu'au bout du compte c'est qu'une arnaque qui a juste profité de notre état latent. Pendant ce temps-là les asuras se sont délectés. Donc le karma n'existe pas, sauf dans le bocal terrestre pour celui qui roupillent.

Voici un exemple de notion mal comprise. Tu as compris le karma selon la compréhension erronée qu'en ont les gens. Quand les gens emploient un mot, surtout qui vient d'une tradition spirituelle, tu peux être sûre qu'ils n'ont rien compris.
Donc le karma, c'est ce qui t'empêche de traverser les murs par exemple. Tu pourras me dire que ça n'existe pas si tu traverses les murs. Par exemple je lisais récemment l'histoire d'un Rinpoche. Les chinois l'ont enfermé dans une prison, ils l'ont retrouvé dehors. Quand ils lui mettaient des menottes, elles tombaient toutes seules. Ils l'ont enfermé ailleurs, il a décrété qu'il était temps pour lui de s'en aller et il est partir en corps d'arc en ciel. Corps d'arc en ciel = plus de karma. Tu n'es plus soumis aux lois matérielles.
C'est un des multiples aspects du karma, mais qu'on oublie trop facilement.

Peut-être qu'il n'y a pas nécessairement à juger et qu'il n'est pas non plus nécessaire de tirer des conclusions. Les choses que l'on voit sont des choses de la vie humaine à partir d'une condition de vie humaine. Alors, il y a peut-être juste à voir que c'est les histoires du bocal, avec les Saints, les moins saints, les chiens, les chats, etc.. Il paraît que tout ça c'est un monde à l'intérieur de nous.

C'est aussi un monde à l'intérieur de nous, régi par les lois de l'ignorance fondamentale, et donc du karma...
Tu dis "il n'y a pas à juger". Certes non, mais le jugement est rarement conscient. Par exemple, quand tu vois une falaise, tu vas juger tout de suite que tu ne peux pas sauter de là sans te tuer. Pas besoin que tu te le dises, la conclusion a été tirée sans le concours de ton esprit conscient. Les tibétains disent que nos perceptions dépendent de nos conceptions. Toutes sont des "conceptions" cachées bien entendu. Ça va très très loin, des voiles émotionnels jusqu'à la solidité de la matière, avec toutes les étapes intermédiaires.

D'un seul coup sa tête et son expression m'a paru absolument familières et étant indistinct de moi, comme étant mon propre reflet.

Et pourtant tu n'as pas vécu sa vie, connu ses rêves. Tu t'es principalement projetée en elle. La connaissance des saints est d'un autre ordre, c'est la connaissance des autres pour ce qu'ils sont. Je ne pense honnêtement pas qu'on puisse obtenir un corps illusoire ou d'arc en ciel sans développer ce second mode de connaissance. Puisque tous les saints l'ont.

Il y avait Douglas Harding aussi avec la "Vision sans tête". Je me demande si ça n'est pas l'équivalent de la clarté primordiale.

La clarté primordiale c'est la claire lumière. Ce ne sont pas des méthodes à la Douglas Harding qui peuvent y conduire, mais seulement la dissolution des vents dans le canal central. La claire lumière ultime c'est la claire lumière de la mort. Il y en a des plus relatives, celles du sommeil ou de la méditation. Mais c'est difficile à atteindre, ça demande des méditations costauds.

Posté par Ian Alexander à 02:35 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

04 avril 2018

Méthode de connaissance

(Je me sens limitée)
Bon c'est pas si compliqué. La première chose c'est de ne croire que ce qu'on voit ou ce qui est rapporté par des témoins absolument sûrs. Dans cette catégorie j'ai mis les saints de toutes traditions, ou des gens qui écrivent leur biographie en rapportant principalement des faits, sans souci de se faire paraître.
La deuxième chose, c'est de comprendre ce que disent les gens. Ça suppose parfois de suspendre son jugement pour un certain temps et de vraiment vouloir se mettre à leur place. Il faut se souvenir aussi qu'ils ne disent pas tout, et qu'on manque d'une bonne partie des infos, donc le jeu c'est aussi de deviner ce qui manque.  En fait il faut arriver à savoir ce qui se cache sous les faits rapportés, trouver les causes réelles. 
Au début on a toutes sortes de croyances sur la façon dont fonctionne la spiritualité, mais en lisant des témoignages on voit vraiment comment ça marche dans la vie des gens.
Notre petite vie ne suffit pas à nous faire une idée correcte. La plupart des gens jugent l'univers d'après leur vie sans regarder comment ça se passe pour les autres. 
"Mooji a une solution pour chaque cas qui se présente à lui"
Tiens, si on appliquait la méthode ici, on dirait "Comment sais-tu que Mooji a une solution pour chaque cas qui se présente à lui" ? Avec combien de personnes l'ayant vu as-tu parlé ? Et dans ces cas, quels ont été les faits ? (il ne faut pas croire les interprétations des gens, mais leur demander de rapporter les faits).  
Par exemple, dans les livres écrits sur les vies de saints récents, les gens vont chercher des témoins, leur demandent de raconter leur cas, et à partir de là on peut faire de recoupements et tirer un certain nombre de conclusions.
Tout ça, c'est une enquête de police.
Par ailleurs, quand je parle de connaissance, il s'agit en premier lieu de la connaissance des chemins spirituels, des méthodes, des degrés, des obstacles. Enfin, de la façon dont ça fonctionne. Et ensuite la connaissance de la façon dont le monde fonctionne, un peu le travail de Mère et Aurobindo, Mère essayait tout de temps de comprendre comment les choses fonctionnaient, ça n'a jamais de fin. 
Alors Mooji, le peu que j'ai vu de lui, il ne semblait pas intéressé par ce type de choses, parce qu'il répète tout le temps les mêmes sortes de choses qui sont un genre de néo-advaita qui plaît à tout le monde.  
(Comment ai-je pu tomber dans tel et tel piège)
En n'observant pas les autres ? Si on ne fait que s'observer soi-même on est obligé de tomber dans tous les pièges, et d'ailleurs c'est ce qui arrive à tout le monde, puisque personne n'observe les autres. Les deux défauts que tu viens de lister sont universels, on va dans n'importe quel groupe et c'est les premiers qu'on voit, avec le désir de s'accrocher à ses expériences pour se fabriquer une histoire exceptionnelle. Du coup, on peut les éviter chez soi, d'autant plus qu'on constate que tout le monde se fait avoir comme ça.
Mon ex-lama, j'étais le seul à savoir en 2008 qu'il arnaquait les gens et leur mentait sur les points les plus importants. Quand même il y a eu un scandale en 2014 qui a tout révélé et les gens sont tombés de haut. Moi j'avais essayé de le dire. Mon ami peintre JP qui me disait tout le temps "c'est un très grand maître" moi je lui disais "Il a des qualités, mais j'attends de voir ce qu'il fait pour les gens". JP était évidemment persuadé que le lama lui faisait des transmissions extraordinaires. Sauf que dans son vocabulaire, "transmission extraordinaire" ne correspondait pas à grand chose. "Grand maître" non plus, du coup. Et puis si on sait comment est fabriqué le bouddhisme tibétain, on sait ce qu'un vrai maître doit nécessairement enseigner. On voit d'ailleurs qu'ils ne le font pas, et donc que ce sont tous des voleurs, et que toutes leurs belles paroles, c'est du vent. Après, on le vérifie en parlant avec les disciples, qui ne savent rien. Et on le vérifie encore quand les disciples meurent, ils n'ont aucun signe de réalisation.   

Posté par Ian Alexander à 03:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 avril 2018

Histoires d'extra-terrestres

(une photo des années 1900, le lien entre les gens)

Moi j'ai vu ça dans les bios des gens de cette époque. Des familles de 10 enfants avec un lien vraiment fort. Mais en fait le lien existait avec tout le village, et tout le monde se souciait de tout le monde. Du coup la religion avait un sens, c'était un truc fait en commun pour le bien de tous. Maintenant dans les églises les gens se regardent en chiens de faïence et c'est toujours l'embarras quand il faut serrer la main de tes voisins... Une église c'est fait pour réunir une vraie famille, des gens qui s'aiment, pas pour mettre ensemble des étrangers qui se détestent. 

(les gens qui posent des vidéos pour raconter leurs expériences avec des extra-terrestres)

Ce que personne n'a l'air de comprendre, c'est que ce genre de personne nous transmet son énergie bien plus que des infos. Les infos on ne peut rien en faire de toutes façons, la seule chose qu'on ait à faire c'est d'évoluer spirituellement, et pour ça ces gens ne nous aident pas. Par contre l'énergie elle nous la refile, et c'est sa névrose. Beau cadeau... Je me demande ce que c'est que cette manie d'aller se foutre à poil sur des vidéos (les mêmes gens qui, si tu leur poses une question en perso, vont s'offusquer en te disant que c'est leur sphère privée). Je ne sais pas si tu vois la manoeuvre, des névroses répandues à grande échelle, et aucune relation personnelle pour contrebalancer. Il y a une opération occulte là derrière dont ces gens en sont pas conscients.  

Ashtar Sheran méprise les hommes et les femmes. Il estime que l'humain est bête et ignorant.

Ce garçon m'est de plus en plus sympathique. Parce qu'il a malheureusement raison. Enfin, que les gens soient bêtes, je peux l'admettre à la rigueur, ça peut être contrebalancé par une vie spirituelle sincère, mais des vies spirituelles sincères ça fait longtemps que j'en cherche. Je trouve surtout des gens qui essaient de se valoriser, mais qui par en dessous sont singulièrement méchants dès qu'on les remet en question, comme cette femme qui t'a insulté comme un poisson pourri. Honnêtement je n'ai aucun espoir pour l'humanité en tant qu'espèce.
Combien de gens sont capables de reconnaître leurs voiles émotionnels et de dire "désolé je ne suis pas capable de parler de ça, j'ai un voile émotionnel". Moi quand ma copine me fout le boules je lui dis que je ne peux pas lui parler tout de suite et que je vais attendre que mes vents se remettent dans le bon sens.
Mais personne ne veut évoluer, en réalité. Quand tu proposes aux gens des outils pour évoluer, ils aiment mieux rester avec leurs délires.

Il est capable de se servir des mémoires des gens pour mimer un défunt dans la lumière.

Ben ça ça m'étonne pas. Tous les gens qui voient leurs chers défunts, moi je me demande bien comment ils sont sûrs que c'est la bonne personne. Une fois qu'on est sorti de la matière, n'importe qui peut prendre l'apparence de n'importe qui. Alors si on ne connaît pas les signatures des âmes, c'est ridicule.
C'est pour ça qu'il faut se fier aux faits et non aux apparences. Il y a une chose que ne peuvent pas faire les asuras, c'est faire venir sur nous la grâce de Dieu.

Il y a eu le cas d'une femme qui était une adepte du New-Âge et qui se pensait missionnée pour établir l'amour et la paix sur terre. L'hypnose a révélé qu'en fait, l'être qu'elle channelisait était Ashtar. Il se sert de certaines doctrines pour implanter les gens, apparemment.

Bah oui, mais s'ils se laissent faire... Moi franchement j'ai de la compassion pour les gens mais de moins en moins pitié, ils creusent leur tombe et ensuite ils viennent se plaindre. Si tu vois à quel point ils deviennent infects quand ils entrent dans une église ou autre groupe spirituel, ils pensent que eux ils sont sauvés en vertu de leurs immenses mérites et que tous les autres sont damnés. Il n'y a pas un groupe qui échappe à cette règle.
Pour moi une être humain digne de ce nom, c'est quelqu'un qui cherche la vérité et qui ne s'arrête jamais, pas quelqu'un qui croit qu'il l'a trouvée dans la première église venue et qui se met à narguer les autres. On dirait vraiment des singes sur une branche, avec une banane à la main, et qui insultent tous ceux qui n'ont pas de banane.

Il y a eu le cas aussi d'une communauté spirituelle avec un gourou. Son ancienne élève voulait avoir de ses nouvelles depuis sa mort. C'est là qu'elle a découvert qu'il était un asura de type reptilien incarné qui jouait le rôle du gourou pour récolter les énergies du groupe.

J'ai envie de dire que c'est bien fait pour eux. C'est toujours le même schéma, les gens sont d'une telle prétention qu'ils croient que tout leur est dû et au final ils se font plumer. Et en plus ils viennent se plaindre. Mon lama disait que les gens n'évoluent pas de 2 à 80 ans, mais imagine toi qu'il avait raison. Quand je vois la gamine de ma copine, elle demande à cor et à cris des trucs mauvais pour elle, et si jamais elle les obtient, après elle vient se plaindre. Genre je mets pas de chaussures sur ma trottinette, je me vautre et je viens pleurer.

Ceci dit, l'hypnose comme elle est faite ici, c'est pas super fiable, parce que c'est toujours le même support de croyance qui est utilisé. Donc c'est à prendre avec des pincettes, je dirais, pour pas rester bloqué dans cette approche.

Il y a un tel égrégore là autour qu'on se demande bien quelle part de vérité il peut y avoir. Les croyances des gens sont vraiment capables de courber l'espace et de faire apparaître des choses qui n'existent pas. Enfin, des fausses choses, mais c'est comme des filets qui attrapent tous ceux qui voudraient découvrir la vérité. Il y a de ces filets là autour de toutes les religions. A peine tu entres dans un groupe, tu es environnée d'objets qui sont absolument n'importe quoi et qui t'empêchent de voir la vérité.
Quand tu cesses de te fier aux apparences pour regarder les faits, tu vois à travers tout.
Le problème c'est que même des instructeurs réputés sont aujourd'hui pris dedans.
L'énergie spirituelle, ainsi que l'être psychique, ont peu de pouvoir de faire disparaître les vues erronées. Il faut une démarche spécifique. Le bouddhisme distingue deux côtés dans la nature de l'esprit : l'aspect visionnaire et l'aspect sapientiel. C'est les deux ailes de l'oiseau.

Moi je compte revenir sur terre jusqu'à l'obtention de ce corps dont je viens de parler, et revenir quand même ensuite parce que je me sent concernée par l'humanité.

Pour ma part je ne me sens plus trop concerné dans la mesure où il n'y a pas de public pour ce que je dis, et personne pour m'aider. Je ne peux même pas transmettre 10% de ce que j'ai, à 2 ou 3 personnes maxi. On ne s'incarne pas pour transmettre à 3 pelés un tondu 10% d'une connaissance qui en outre est du niveau de la maternelle. Parce que je me considère comme un gamin de 5 ans au niveau de mes connaissances spirituelles, sauf que je parle à des bambins de 1 an qui déjà ne comprennent pas les mots du vocabulaire de base. Alors moi je voudrais évoluer, et non pas jouer les borgnes au royaume des aveugles. Ça n'est pas ici que je vais pouvoir évoluer, j'ai fait à peu près le tour de tout, et ce que je cherche n'existe pas.

Posté par Ian Alexander à 17:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :