Entomologie humaine et pratique spirituelle

23 avril 2017

Au passage

(suite à un autre commentaire non publié...) Je n'ai pas envie d'expliquer pourquoi je ne méprise pas tant que ça mes acheteurs qui me permettent de payer mon loyer. Je citerai juste un cas. Un jour un gars m'écrit pour me dire qu'il a acheté par compulsion pour 220$ sur mon site, qu'il a sa famille à nourrir, qu'il n'a plus d'argent etc. et me demande remboursement. Je lui ai remboursé la moitié, après avoir pris conseil auprès de JW qui si je me souviens bien m'avait conseillé de ne rien rembourser. Je me suis dit que si son histoire est vraie, ne rien rembourser serait difficile pour lui, mais tout rembourser ne ferait que l'inciter à recommencer. Il m'a fait presque regretter mon geste puisqu'il final je me suis fait insulter. Quoi qu'il en soit, je ne ferai jamais cadeau de 110$ à une personne que je méprise, surtout vu ma situation financière.

En même temps le fond du problème serait peut-être de vendre des articles incitant à la compulsion ? Mais est-ce que ce n'est pas le cas de tout ce qu'on trouve ? Que dire de ceux qui passent leur vie chez Décathlon à s'acheter sans cesse des articles de sports ? Quand ce n'est pas des vélos à 5000 euros ? (je parle de gens des classes 'populaires') Que dire des bonnes femmes pas forcément riches qui ont 10 paires de chaussures, 20 ou 30 robes, et dont la compulsion est de s'acheter sans arrêt des habits ? Tout est sujet à compulsion de nos jours, les habits, les articles de sport, la bouffe, les ordinateurs... chacun la sienne, c'est tout. Il y en a peut-être certains qui estiment que le "fantasme" c'est vilain, j'estime pour ma part que c'est une des rares sources d'énergie qu'on ait à disposition. Ce que je fais ne se rapproche pas de ce qui est occultement malsain, je pense à certains dessins animés japonais dont le même JW m'a envoyé une fois un lien. Mais il est certain qu'une personne frustrée, genre prêtre catholique, va trouver malsain absolument tout, car évidemment tout va lui rappeler sa propre obsession. Y compris des situations qui n'ont rien à voir avec cela, comme un gars en kimono qui fait du judo avec une fille en kimono.

Il y a des tas de monastères qui vendent de la confiture, du chocolat, des friandises. Un obsédé sexuel va voir le démon dans tout ce qui lui rappelle son obsession. Moi, j'ai une addiction au sucre, et un monastère qui vend du chocolat, c'est ça pour moi le démon.
L'autre jour je voyais une vidéo avec un paysan qui expliquait que son métier c'était d'empoisonner les gens.
On s'empoisonne aussi avec les colorants des habits chinois, avec les meubles Ikea traités à je ne sais quoi, avec le moindre matelas.
Alors, enseigner le dharma pour faire le bien autour de soi ? J'en connais qui ont fait bien plus de mal avec le dharma qu'avec des vidéos plus ou moins érotiques. Un gars qui vient me dire que si son gourou tuait quelqu'un ce serait pour son bien parce que son gourou est omniscient, c'est une corruption bien plus profonde que celle de mes clients.

Tiens, et pour rire, je mets une conversation que j'ai eue l'an dernier avec un client :
"I recently purchased the member 27 package yet cannot access any video downloads.The order # is: 02162 10401 00000 5563. Please investigate. Merci.
- What is your login password ? Anyway the right page is here ***
- my order number should be sufficient. It is as follows:   0216210401000005563. This should be enough. Please activate this subscription.
- Your Highness, I understand that you have forgotten your password and login. So : login is ***. password is ***. It's perfectly working with the link I gave to you : ***. Is there anything else that you humble servant can do for you ?" (j'oublais, le mail du type est quand même votretrone@***.com ça ne s'invente pas").
- Deign kneel, (asshole)-prithy nay such a fix worked not! Try again, dipshit! S'il vous plait...............
- Try firefox
- I have forgotten my password. My confirmation # is: 02162 10401 00000 556. Please email it to me. Thanks.
- You will find it in my last email"

Il y a des gens vraiment très étranges.

 

Posté par Ian Alexander à 16:40 - Commentaires [4] - Permalien [#]


21 avril 2017

Macron le spasme du système

"Chez Macron, cependant, le vide n’est pas contradictoire avec un plein dont, pour le coup, on comprend que, s’il faut montrer quelque chose au dehors, le vide lui soit hautement préférable. Car c’est le plein de l’oligarchie, le plein du projet de persévérance d’une classe, au moment précis où tout la condamne, comme en témoigne une époque qu’on sent rendue en son point de bascule. Dans ces conditions, pour que le plein oligarchique se maintienne envers et contre tout, il fallait en effet impérativement un candidat du vide, un candidat qui ne dise rien car ce qu’il y aurait à dire vraiment serait d’une obscénité imprésentable : les riches veulent rester riches et les puissants puissants". 

https://blog.mondediplo.net/2017-04-12-Macron-le-spasme-du-systeme

Posté par Ian Alexander à 23:44 - Commentaires [6] - Permalien [#]

La valeur ajoutée de la division du travail (par Alix_007)

Dans les sociétés traditionnelles, le travail n'est pas "divisé" car il a une base "artisanale". La "valeur travail" dépend de essentiellement de l'implication de l'individu dans son oeuvre avec quelques associés (travail en corporation sur une base étroite). Le monde moderne est basé sur la notion de "division du travail" (cf. les travaux de Hayek chantre du libéralisme qui explique le progrès et les gains de productivité par cette division toujours multipliée, qui a selon moi son pendant analogique dans la fission atomique) et ses créations sont imputables à cette opération. Simplement le fruit de cette division n'est pas distribué de façon équitable sur les "travailleurs", ce qu' a très bien vu Marx. Il en résulte la spoliation généralisée et la décomposition de toutes les unités qui fondent la société et la vie en commun. Mais ce processus a une racine métaphysique, "kabbalistique" (et je ne vois personne qui souligne cet aspect pourtant évident): en "divisant" apparaît une réalité nouvelle (cf. texte ci dessus). Cette création est un bien commun (c'est en fait un aspect de l'harmonie et l'unité divine) qui devrait être équitablement et harmonieusement distribué. Dans les faits, elle est accaparée par quelques uns pour un temps, mais à terme sans bénéfice pour personne.

"Sur ce terrain, Marx lui-même a apprécié la théorie de la plus-value que Proudhon formulait dans Qu’est-ce que la propriété ? (1840) : « Le capitaliste, dit-on, a payé les journées des ouvriers ; pour être exact, il faut dire que le capitaliste a payé autant de fois une journée qu’il a employé d’ouvriers chaque jour, ce qui n’est point du tout la même chose. Car, cette force immense qui résulte de l’union et de l’harmonie des travailleurs, de la convergence et de la simultanéité de leurs efforts, il ne l’a point payée. Deux cents grenadiers ont en quelques heures dressé l’obélisque de Louqsor sur sa base ; suppose-t-on qu’un seul homme, en deux cents jours, en serait venu à bout ? Cependant, au compte du capitaliste, la somme des salaires eût été la même. Eh bien, un désert à mettre en culture, une maison à bâtir, une manufacture à exploiter, c’est l’obélisque à soulever, c’est une montagne à changer de place. La plus petite fortune, le plus mince établissement, la mise en train de la plus chétive industrie, exige un concours de travaux et de talents si divers, que le même homme n’y suffirait jamais. »

Posté par Ian Alexander à 14:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 avril 2017

Pour une politique économique sérieuse...

"Alors que la France n’est toujours pas sortie de la stagnation économique qui fait suite à la crise de 2007-2008, Emmanuel Macron et François Fillon veulent poursuivre et intensifier les politiques de coupes dans les dépenses publiques, de démantèlement de l’Etat social et du droit du travail, menées sans relâche par les gouvernements précédents. Ces politiques ne servent que les plus riches. Elles ne conduisent qu’à plonger le pays dans le cercle vicieux du chômage et de la précarité, terreau de la montée du FN dont le faux vernis social peine à cacher la nature profondément raciste et xénophobe et l’incohérence des propositions économiques.

A l’inverse, les solutions proposées par Jean-Luc Mélenchon sont, à nos yeux, les seules capables de répondre aux cinq urgences majeures de notre temps. Elles forment un cadre cohérent et rigoureusement chiffré qui tient compte des équilibres budgétaires, non pas en se lançant dans une course à l’austérité, mais en proposant un programme économique précis et ambitieux reposant sur une plus grande justice fiscale, une politique d’investissement et une émancipation vis-à-vis des marchés financiers".

http://www.liberation.fr/elections-presidentielle-legislatives-2017/2017/04/18/pour-une-politique-economique-serieuse-et-a-la-hauteur-des-enjeux-votons-melenchon_1563456

Posté par Ian Alexander à 23:59 - Commentaires [1] - Permalien [#]


Mélenchon

En principe je ne fais pas de politique. Mais pour la première fois depuis longtemps, il semble que nous ayons un candidat non marginal qui a un réel projet, un projet de partage et non pas de compétition de tous contre tous. Un projet éthique en quelque sorte, écologique, et qui ne veut pas laisser les gens dans la rue - il y a des millions de riches dans ce pays, comment se fait-il qu'on y laisse les gens à la rue.
On le dit autoritaire, mais il faudra quelqu'un qui le soit, pour nous sortir de ce bazar, où les riches sont de plus en plus riches, et les pauvres de plus en plus nombreux.

Jean-Luc Mélenchon - Discours de Lille

Pour ceux qui veulent voir les riches à l'oeuvre et le monde dans lequel ils vivent, je suggère de regarder cette émission sur Courchevel. Personnellement, je trouve ça vraiment répugnant.

Une saison extraordinaire à Courchevel - Reportage exclusif 2016

 

Posté par Ian Alexander à 21:21 - Commentaires [36] - Permalien [#]

11 avril 2017

Esprit des temps

Je suis un peu inquiet. Ces temps-ci je tombe sur des sites FB assez affreux (toujours grâce à des pubs ou autre), genre artiste qui érige la Laideur en Beauté, avec des commentaires dithyrambiques. C'est arrivé plusieurs fois récemment, des trucs vraiment craignos, et les gens trouvent ça "beau", "inspirant" etc etc... Ah oui je me souviens. Du Dark Ambient sur Youtube intitulé Cthulhy, Nyarlathotep etc... et les gens en parlent comme s'il s'agissait de saints ou d'archanges. Genre ils s'endorment là-dessus bien heureux, comme dans une terre pure. Cela me fait penser à une conversation que j'avais eue avec John Warsen, où il trouvait tout à fait fréquentables des BD qui relevaient franchement de la magie noire et de l'attentat contre l'esprit. Apparemment, les contenus de l'inconscient collectif les plus radio-actifs et l'amour universel font désormais bon ménage. Ce qui explique qu'au plan matériel on nous mette du poison dans nos assiettes en estimant nous faire du bien. L'autre jour, j'observais une pharmacienne, et il était clair que dans son esprit elle faisait le bien de l'humanité, alors que son officine est remplie de poison à 50% et de trucs inutiles à 49%. C'est cela la modernité. On a convaincu toutes sortes de gens qu'en étant des criminels ils feraient le bien de leur prochain. Il devient de plus en plus difficile de gagner sa vie en faisant le bien. Les fabricants de meubles, de matelas, de tapis, et qui font en principe une saine activité, sont obligés de garnir leur production de toutes sortes de produits toxiques pour être conformes à la règlementation. Quant à ceux qui fabriquent la nourriture... non seulement ils gagnent en moyenne 650 euros par mois (d'après ce que j'ai lu), mais s'ils voulaient ne pas vendre de poison, probablement qu'ils ne gagneraient plus que 100 euros par mois. Mêmes les trucs bios sont copieusement traités. J'ai 4 vignes chez moi, à peine les feuilles sorties, déjà malades. Cette année je vais les abriter. J'abrite aussi les tomates. Mais bon, ça n'est pas concevable à grande échelle. Tous leurs produits ont eu visiblement pour effet de multiplier les maladies.

Posté par Ian Alexander à 20:08 - Commentaires [3] - Permalien [#]

04 avril 2017

Miroir

Hier, j'ai remarqué qu'être dans l'état naturel est un moyen de savoir tout ce que les gens ont dans la tête. Pas le contenu de la pensée, mais le contenu de l'intention disons. Je ne devrais pas dire des choses pareilles, parce qu'ensuite des fous vont en profiter pour attribuer à autrui leurs états mentaux, mais bon, si on prend ce raisonnement, on ne dit plus rien. Et rien n'empêchera les fous de profiter de tout et n'importe quoi pour justifier leur folie quoi qu'il en soit.

Donc aujourd'hui j'étais au restaurant, dans un état naturel minimal. A la table d'à côté il y avait deux gosses. Le frère, 3 ans et demi, avait un être psychique hyper brillant. Je crois que je n'ai jamais vu ça. Pas tout le temps, parce qu'il était aussi traversé de petits démons. Mais par instants, c'était comme si un soleil apparaissait là. Ce n'était évidemment pas intégré avec l'être terrestre, sinon les petits démons n'auraient pu se manifester si facilement. Bref. Sa soeur, 5 ans, était quant à elle parfaitement ordinaire, et c'est là que ça devenait intéressant, en quelque sorte. Autant le frère était un magnificateur d'état naturel, si je puis dire, autant la soeur c'était le contraire. Pendant qu'elle me regardait, je me suis senti traversé de vents étranges qui ne pouvaient venir que d'un jugement négatif de sa part, et je devais faire un effort pour ne pas céder à la tentation de la fermeture vis-à-vis de cela. C'est en examinant la chose un peu plus tard que j'ai réalisé que c'était vraiment enfantin, c'est le cas de le dire. Si on est traversé par un influx spirituel minimal, et qu'on a pu vérifier qu'aucun jugement provenant de nous ne le modifiait, alors on peut savoir ce que pensent les gens en observant les remous. Vérifier qu'il ne soit pas modifié, c'est simplement observer un certain nombre de gens, et constater qu'il n'y a pas de remous, ou seulement des remous positifs, comme de la compassion ou autre. A partir de là, tout ce qui apparaît quand ils nous regardent ne peut que venir d'eux. Cela ne veut pas dire qu'on ne l'a pas en nous, sinon cela n'apparaîtrait pas, mais c'est un écho, ce n'est pas initié de notre côté. Par exemple si on est dans cet état et qu'on passe devant la caisse du supermarché, si la caissière est contente, ça va produire un éclat assez fort. A l'inverse, si elle est fermée, il va y avoir une constriction. Et si elle est neutre, rien ne va changer.

Ce qui nous brouille généralement, c'est notre propre folie qui s'élève à la vue des gens, à partir de quoi il est impossible d'avoir un jugement sain. De même, l'indifférence qui se fait passer pour de l'équanimité nous empêche de percevoir quoi que ce soit. La seule chose qui permette une perception correcte, c'est un courant d'énergie spirituelle dont on peut alors observer toutes les variations.

Maintenant, je n'en suis pas à voir apparaître des poulets dans mon continuum de conscience et à pouvoir affirmer comme ce maître soufi "toi, tu as envie de manger du poulet". Quoique à un certain moment très précis, dans la voiture, j'ai vu apparaître des bonbons. C'était très intense. J'aurais dû demander à la personne derrière moi à quoi elle pensait. Cela dit je suis un peu bonbon-addict, alors ça pouvait fort bien venir de moi.

Comme qui dirait on se demande bien à qui ce genre d'article pourra être utile...

Posté par Ian Alexander à 17:53 - Commentaires [36] - Permalien [#]

23 mars 2017

Termas

Je suis en train de lire les Longsal Teachings de Norbu, et si ça m'a appris une chose, c'est que les termas ne sont pas contenus dans les textes. Les textes, en tous cas les siens, sont ridiculement dénués de contenu. Ils sont un peu comme le panneau Pharmacie qui indique la pharmacie mais dans lequel on ne trouvera aucun médicament. Et je pense que c'est finalement le principe de tous les termas, c'est-à-dire de tous les textes tibétains. Il est vrai que les tibétains disent qu'on ne peut pas pratiquer sans transmission. Mais ce qui est trompeur, c'est qu'ils ne donnent pas les transmissions quoique prétendant les donner. Donc on finit par se dire "bon, ça ne doit pas être si nécessaire que ça, puisqu'avec ou sans, le résultat est le même", au lieu de se dire "ceci ne nous concerne pas". Mais du coup, cela explique pourquoi les grands Rinpoches font les tour des autres Rinpoches pour se faire transmettre ceci ou cela. C'est que, effectivement, sans transmission, ils ne peuvent pas faire la pratique, même eux. En effet, c'est comme des nouveaux canaux qu'on leur grefferait dessus, étant nouveaux on ne sait pas ce que c'est. Pour prendre une image, le texte du terma, c'est la recette de la tarte aux prunes, et la transmission, c'est le prunier. Quelqu'un qui a des poiriers des framboisiers des amandiers... il peut faire ce qu'il veut, il ne va pas inventer la prune. Le seul qui peut l'aider à faire sa tarte au prunes, c'est le gars qui a les prunes, et qui peut lui refiler un noyau. Alors ensuite, "Dieu" a donné des noyaux de ceci et de cela à des tas de gens, mais si ces gens ne nous les donnent pas, eh bien on n'aura pas le fruit un point c'est tout.
Ce qu'il faut en tirer comme conclusion, c'est que si personne ne nous donne d'arbres ou de noyaux, il faut demander à Dieu de nous donner quelques noyaux. Ce qui est possible, mais cela veut dire qu'il faut poursuivre la même ligne de travail pendant assez longtemps. Et surtout, il faut que ça soit celle qui nous correspond. Personnellement, je ne me sens pas d'aller aider les chiffonniers du Caire. Ce n'est pas mon terma, voilà.
J'ai reçu le terma du roman. Il est tout à fait utilisable par d'autres (moyennant le fait que je puisse lire ce qu'ils écrivent), mais les gens me disent toujours "oh là là c'est trop de travail". Bon, ils verront bien si ça n'est pas du travail de faire descendre leur propre terma (à supposer qu'ils s'aperçoivent un jour que sans ça ils ne feront rien de leur vie). 

Posté par Ian Alexander à 22:34 - Commentaires [2] - Permalien [#]

20 mars 2017

Journal d'Asie, suite

 Je continue à lire le Journal d'Asie de Thomas Merton. Les descriptions sont assez bien faites, on s'y croirait presque. Par contre, il ne donne guère de précisions quant à ses entretiens avec tout un tas de Rinpoches, y compris même le Dalaï-Lama. Et puis alors au milieu, on trouve cette page très étrange, où il nous explique qu'il est au même niveau que Chatral Rinpoche qui a déjà fait 30 ans de retraite à cette époque. Bon, Chatral a bien contribué à le lui faire croire, il faut dire que Merton est célèbre et des tas de gens l'écoutent. Alors forcément, s'il commence à dire plein de bien des tibétains, c'est un bon plan. Parce qu'à cette époque, ils en sont à chercher des endroits où s'établir, et de l'argent bien sûr. Du coup Chatral lui fait croire qu'il est quasiment au seuil de la bouddhéité, et il le croit. Ce qui, au regard du reste du journal, pose un petit problème. Par exemple il raconte des rêves dans lesquels il n'est même pas lucide, et pas des rêves exceptionnels d'ailleurs. Parce que bon, un grand maître doit avoir le droit de faire des "rêves" si c'est pour recevoir des termas, pourquoi pas, mais ce sont des rêves assez spéciaux. Sinon quelqu'un d'un bon niveau (et je ne parle même pas du seuil de la nouddhéité) ne rêve plus, puisqu'il est absorbé toute la nuit dans la claire lumière. En conséquence de quoi il y sera relativement absorbé le jour aussi. Il ne va pas s'énerver d'un rhume, de la brume, d'une montagne, et de toutes sortes de détails. Et puis son style dégagera quand même autre chose. Quand on a l'habitude de lire des saints ou des Rinpoches, il y a quelque chose de spécial. Alors que là, on lit juste le journal d'un gars assez ordinaire. Qui s'y croit à fond. C'est quand même un peu effrayant. En même temps, je ne sais plus combien de temps il m'a fallu pour comprendre tout leur système. Parce que je crois que Merton en est encore à s'imaginer qu'on peut atteindre la bouddhéité d'un coup d'un seul, comme par une sorte de grâce divine. Dommage en tous cas qu'il n'ait pas transcrit ses entretiens.
Tout ceci m'a d'ailleurs provoqué d'autres considérations. Je crois que le disciple qu'on fait payer (genre, les Occidentaux), ce sont les disciples non qualifiés. Parce qu'avec eux, on est absolument convaincu de perdre son temps, l'exposition des enseignements ne pouvant servir ni au maître, ni aux disciples, qui passeront leur temps à tout tordre dans tous les sens, sans jamais appréhender le sens correct. C'est une sorte de magie inversée, ou quoi qu'il arrive, c'est toujours à côté. Alors quitte à perdre son temps, autant être payé. En revanche, il semblerait totalement déplacé de faire payer un disciple qualifié, quand on y réfléchit. Ce qui en dit long quand même.
Sinon, je crois savoir pourquoi il n'y a pas tellement de corps d'arc en ciel chez les chrétiens. Cela tient à leur positionnement par rapport à la grâce divine, qui ne permet pas en fin de compte le développement de certaines facultés, ou difficilement. Je ne dis pas que certains ne sont pas allés au-delà, je dis plutôt que c'est assez difficile de dépasser le sens des instructions de tous les saints qui nous ont précédés.    

Posté par Ian Alexander à 23:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]