25 novembre 2006

A propos des leçons de morale

Je fais un post du commentaire de Marie Claire  et de ma réponse pour que tout le monde en profite.Marie-Claire a dit :  Je te parlais d'approcher la véritable humilité, non d'être   complètement immergé dans la "grande béatitude". Le monde n'est pas binaire,   tout est progressif. C'est pourquoi, plutôt que d'évoquer un accomplissement   lointain dont on ne sait finalement rien à part ce qu'on en a lu, il est   souhaitable de commencer par faire la paix avec soi et avec le monde. Il... [Lire la suite]
Posté par Ian Alexander à 23:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 novembre 2006

Qu'est-ce qu'un fou ?

Comme je le disais l'autre jour à mon père, la  différence entre un fou (le gars que je ne veux pas voir chez moi) et un mec  normal (que je veux bien voir chez moi), c'est que chez le fou les émotions  l'emportent sur la raison, alors que le mec normal est capable de se  raisonner.Exemple simple, vous donnez un travail à faire à quelqu'un. Il le  fait mal. Genre vous lui demandez de coller de la tapisserie et il fait  n'importe quoi, c'est tout de travers, ça se décolle etc. Vous lui dites ... [Lire la suite]
Posté par Ian Alexander à 23:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 novembre 2006

La sangsue de la Creuse

Après que j'aie décliné l'invitation de Tenryu  en Creuse sur le motif qu'il était maniaco-dépressif, donc totalement instable  et incapable de se contrôler, (les gens dont j'ai parlé précédemment) il me  répond :  Ceci dit, comme tes amis ont dit de moi que j'étais une personne à   problème, j'ai aussi discuté de ton cas avec des gens qui te connaissent, qui   ont entre autre insisté sur ton refus radical de thérapie, ce qui sous-entends   que tu en as largement besoin. Le malaise,... [Lire la suite]
Posté par Ian Alexander à 23:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 novembre 2006

Le jeu du dragon

Je m'aperçois d'un truc rigolo. Ceux qui savent  des choses sont des chieurs, et il faut prendre son air tout gentil pour en  tirer quelque chose. Je le sais, parce que j'ai joué les deux rôles. Autrefois,  du temps de ma jeunesse (ah là là), je trouvais que les gens qui avaient le plus  de choses à m'apprendre étaient de vieux chieurs caractériels, mais je voulais  bien montrer patte blanche voire ramper par terre pour bénéficier de leur  savoir. Et je voyais d'autres "jeunes" autour de moi, qui ne... [Lire la suite]
Posté par Ian Alexander à 23:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 novembre 2006

Dilemme

D'après Dado, le problème sur les serial killers  n'était franchement pas d'actualité. Pour moi, c'est le cas extrême d'un  problème qui se pose tous les jours : à partir de quand doit-on juger que  quelqu'un est pénalisant pour son entourage et que doit-on en faire ? Pour les  profs, la question se pose tous les jours, quand un garnement fout en l'air un  cours à lui tout seul et empêche les 30 autres d'apprendre quelque chose. En  fait, la question se pose dans tout groupe, lorsqu'une personne se... [Lire la suite]
Posté par Ian Alexander à 23:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 novembre 2006

Implications pratiques de la non-responsabilité des commanditaires

Afin que tout le monde me comprenne, renversons  le cas du criminel de guerre. Imaginons une gigantesque entreprise de  bienfaisance qui construirait des hopitaux et des écoles et des monastères. A la  tête de cette entreprise, il y aurait par exemple un PDG, et entre autres, un  directeur technique. Qui ira imaginer une seule seconde que le directeur  technique aura accumulé tous les mérites de tous les moines sponsorisés et de  tous les médecins ayant guéri tous les malades ? On se dira que certes c'est... [Lire la suite]
Posté par Ian Alexander à 23:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 novembre 2006

"Je ne suis pas comme lui"

Comme je le disais à Ricercar, il est beaucoup  plus valorisant de croire qu'on n'a jamais rien eu en commun et qu'on n'aura  jamais rien en commun avec un criminel de guerre. Mais, à mon avis, c'est un  voeu pieux. Nous avons en réalité énormément en commun avec eux. Il suffit de se  trouver dans un état de perturbation émotionnelle pour devenir semblable à eux.  Comme le dit Chepa, à ce moment la personne la plus intelligente du monde  devient la plus bête, et un bouddha pourrait venir lui parler que ça... [Lire la suite]
Posté par Ian Alexander à 23:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]