J'aurais dis que c'était double, que le regard était illuminé pour percevoir la nature illuminée des choses.

C'est avec les gens qu'on sait. Soit tu n'as que ta propre vision d'eux, soit tu as aussi leur propre vision sur le monde, qui est totalement différente de la tienne. C'est un autre univers.

L'intelligence d'où vient t'elle ?

Des anges ! Comme toutes les qualités (et défauts) d'ailleurs. La nature humaine est vide à la base, c'est ce qui lui permet de manifester tout ce qu'elle veut.

Tu ne penses pas que ce qui compte c'est les graines qui sont plantées, et le résultat pouvant se produire bien plus tard, même si t'es pas là ?

Parler de graines plantées n'est, dans les faits, qu'une façon de se désintéresser du problème. Ce que font les tibétains. Ils ne s'occupent de personne et disent juste qu'ils plantent des graines qui sont très bonnes (pour les vies futures...). Vu qu'on ne sera plus là pour comparer les paroles et les résultats, c'est facile.
Bon, je suis comme tout le monde, je m'investis sur ce que je peux voir sinon je ne fais rien.

C'est quoi les cadres nécessaires ? 
Est-ce que c'est du genre, s'assurer que le disciple ne dévie pas de la réalité de la place qu'il a par rapport au Maître, pour pas qu'il entre dans un délire ?

C'est un premier point. Mais surtout la plupart des gens ont tendance à utiliser l'énergie (ou la connaissance) pour essayer d'aller dominer les autres. Il faut s'assurer que ça n'arrivera pas. Les enseignants néo ont évacué la question en ne donnant pas de transmission personnelle (mais seulement impersonnelle), pour éviter d'être responsables si le disciple fait des conneries. Résultat, les gourous fleurissent à tous les coins de rue, parce que ce que veulent les gens, c'est devenir gourou.

Ça me fais penser à un centre ouvert sans que les autres centres aient été harmonisés. D'où les positions incohérentes. Mais par contre, l'effet de la Shakti n'a pas dû être durable dans ce cas, j'imagine.

Tant que c'est des vents et pas des gouttes, c'est pas durable. Mais les gens ont un bon moyen de rendre ça durable. En devenant gourous, ils se nourrissent de l'énergie des autres et ne voient pas qu'ils sont vides. Il y en a fort peu qu'on pourrait mettre dans un ermitage et qui garderaient leur "réalisation".

la phrase qui me vient c'est "les autres, c'est moi".

Oui et non, parce que l'intérêt des autres c'est que ce sont des autres et que par définition ils sont différents, et qu'en plus ils ont leur petit caractère. Alors je ne sais pas comment ça se concrétise chez toi, mais jusqu'à présent, les gens qui me disaient cela croyaient tous que les autres étaient exactement comme eux. Ils ne voyaient jamais qu'ils étaient différents et qu'il y avait un enrichissement à comprendre cette différence.
Si l'autre c'était moi, les gens que j'aime m'aimeraient aussi. Or justement, c'est rarement le cas, preuve qu'ils ne sont pas moi. Comme dit Steve Jourdain, il y a la mauvaise et la bonne dualité, et il ne s'agirait pas d'effacer la bonne.

C'est le karma que je dis que c'est une connerie. C'est une croyance qui fait qu'on ne s'en sort jamais. Le cercle vicieux de l'incarnation avec son bordel karmique, il faut vraiment voir qu'au bout du compte c'est qu'une arnaque qui a juste profité de notre état latent. Pendant ce temps-là les asuras se sont délectés. Donc le karma n'existe pas, sauf dans le bocal terrestre pour celui qui roupillent.

Voici un exemple de notion mal comprise. Tu as compris le karma selon la compréhension erronée qu'en ont les gens. Quand les gens emploient un mot, surtout qui vient d'une tradition spirituelle, tu peux être sûre qu'ils n'ont rien compris.
Donc le karma, c'est ce qui t'empêche de traverser les murs par exemple. Tu pourras me dire que ça n'existe pas si tu traverses les murs. Par exemple je lisais récemment l'histoire d'un Rinpoche. Les chinois l'ont enfermé dans une prison, ils l'ont retrouvé dehors. Quand ils lui mettaient des menottes, elles tombaient toutes seules. Ils l'ont enfermé ailleurs, il a décrété qu'il était temps pour lui de s'en aller et il est partir en corps d'arc en ciel. Corps d'arc en ciel = plus de karma. Tu n'es plus soumis aux lois matérielles.
C'est un des multiples aspects du karma, mais qu'on oublie trop facilement.

Peut-être qu'il n'y a pas nécessairement à juger et qu'il n'est pas non plus nécessaire de tirer des conclusions. Les choses que l'on voit sont des choses de la vie humaine à partir d'une condition de vie humaine. Alors, il y a peut-être juste à voir que c'est les histoires du bocal, avec les Saints, les moins saints, les chiens, les chats, etc.. Il paraît que tout ça c'est un monde à l'intérieur de nous.

C'est aussi un monde à l'intérieur de nous, régi par les lois de l'ignorance fondamentale, et donc du karma...
Tu dis "il n'y a pas à juger". Certes non, mais le jugement est rarement conscient. Par exemple, quand tu vois une falaise, tu vas juger tout de suite que tu ne peux pas sauter de là sans te tuer. Pas besoin que tu te le dises, la conclusion a été tirée sans le concours de ton esprit conscient. Les tibétains disent que nos perceptions dépendent de nos conceptions. Toutes sont des "conceptions" cachées bien entendu. Ça va très très loin, des voiles émotionnels jusqu'à la solidité de la matière, avec toutes les étapes intermédiaires.

D'un seul coup sa tête et son expression m'a paru absolument familières et étant indistinct de moi, comme étant mon propre reflet.

Et pourtant tu n'as pas vécu sa vie, connu ses rêves. Tu t'es principalement projetée en elle. La connaissance des saints est d'un autre ordre, c'est la connaissance des autres pour ce qu'ils sont. Je ne pense honnêtement pas qu'on puisse obtenir un corps illusoire ou d'arc en ciel sans développer ce second mode de connaissance. Puisque tous les saints l'ont.

Il y avait Douglas Harding aussi avec la "Vision sans tête". Je me demande si ça n'est pas l'équivalent de la clarté primordiale.

La clarté primordiale c'est la claire lumière. Ce ne sont pas des méthodes à la Douglas Harding qui peuvent y conduire, mais seulement la dissolution des vents dans le canal central. La claire lumière ultime c'est la claire lumière de la mort. Il y en a des plus relatives, celles du sommeil ou de la méditation. Mais c'est difficile à atteindre, ça demande des méditations costauds.