Je ne supporte pas ses écrits didactiques, mais son journal est vraiment bien. Comme il a autorisé à le diffuser gratuitement et sans moération, le voilà :
Journal d'un mutant

"Dans un dernier sursaut, il alla méditer pendant un mois devant le mur blanc d'un dojo zen, et puis... plus rien. Le lit, les larmes, ça craquait de toutes parts. Les malentendus avec Phil arrivaient à un point d'impasse si paroxystique qu'il éprouva comme jamais auparavant l'impossibilité de toute écoute et de toute communication. En fait, la prise de conscience s'imposa au fin fond de son coeur que "l'autre" ne lui donnerait jamais la nourriture qu'il mendiait à travers chaque "relation", et que personne, donc, ne pourrait lui être d'une quelconque aide pour sortir de cette difficulté à vivre... à "mourir de ne pas mourir". Même sa compagne, si tendre et douce, le quittera sans prévenir, laissant juste une lettre sur la table lui signifiant qu'elle ne voulait pas mourir avec lui..."

"D'ailleurs tout au long de ses années d'ascèse, son milieu familial se montra très réticent vis-à-vis de l'orientation de ce jeune homme qui semblait tant délaisser les "choses de ce monde". Bien après ces grandes bascules sans retour et les changements évidents de son comportement, sa famille ne s'est toujours pas rendue compte de l'ampleur et de la merveille de la naissance essentielle qui s'est produite en lui, tant il est vrai que le terreau familial représente l'atavisme animal de l'espèce à travers son obsession de la sécurité financière et de la perpétuation du nom de famille, bref toutes ces valeurs "humaines trop humaines" qui s'acharnent à faire barrage à la venue de l'Homme libre. Tous les mystiques d'Occident ont dû payer très cher (et parfois très "chair"), leur libération... Ce processus d'émergence à la Conscience d'Être faisant face au non mondial à travers la famille, la religion, la culture, voire même la spiritualité traditionnelle, il doit se frayer un passage héroïque dans la jungle du régent mental universel".

"Qui peut dire la cruelle et misérable condition d'un homme en manque de l'Essentiel ?!
Il aura fallu assumer l'isolement, le regarder, pas à pas, dans cette foule folle de Paris hypnotisée par son avidité économique et sexuelle. Quelle violence nous sommes ! Cette violence qui baigne les moindres tissus. Quelle violence que l'humain en manque ! Il est capable de détruire, de tout détruire !... Toutes les horreurs du monde sont liées à ce manque de l'essentiel !! Qui détruira cette violence ??..."

Avec Mère Meera ce n'est guère commode non plus, en fait. Sa "servante" en chef, "Adilakshmi", est comme un chien de garde jaloux, ses disciples, des adorateurs qui oublient de regarder autour d'eux et d'apprendre à être simples et honnêtes dans l'échange avec autrui. Eux aussi se la jouent trop dans l'interprétation du yoga dans le corps dès qu'ils ont des petites expériences, me semble-t-il. Depuis que je commence à remettre un peu plus le nez dehors, partout où je vais je constate l'orgueil des "Avatars", des "maîtres", des "disciples" ; je fais mon apprentissage pour voir tous les pièges qui, en moi, doivent être démasqués pour m'affiner toujours davantage, être une incarnation simple et foudroyante de la Vie sauvage !

Fait bouleversant à dire : j'ai pu observer dans l'échange bref avec Y., ce frère de toujours, des contenus de séparation de nature à nature qui font leur jeu entre nous. Alors qu'au-dessus c'est non-duel pour nous deux, en bas, dans l'échange par le corps, il y a activité séparatrice. Le résidu dans la nature animale opère en contre... Cet ego physique est un obstacle à une collaboration d'hommes libres en Conscience pure. Ceci pourrait expliquer les difficultés rencontrées avec Mère Meera et Mère Aurore. Sans aucun doute. Quelle découverte ! Même ceux qui sont dans la maîtrise ne peuvent être fraternels ! Il y a des rivalités de pouvoir au sein des réalisations spirituelles. Quel immense constat ! C'est très rude. Ce résidu à la fois grossier et subtil peut être justifié de bien des façons par le mental spirituel.
Pour moi la découverte majeure à ce jour est de constater l'impossibilité de la fraternité en acte, dans la vie, même dans la réalisation du non-duel au-dessus. Ce qui m'est renvoyé, c'est bien ça. Je continue d'étudier le jeu de la mentalisation résiduelle dans ma propre nature, son ego qui fait subtilement obstacle. Quel immense travail il va falloir pour retourner tout ça !...
Il n'est pas étonnant qu'il y ait autant de courants, d'écoles, de maîtres et d'avatars qui disent des bêtises les uns sur les autres ! Le problème doit être là ! Il y a l'exemple de la guerre qui se jouait entre Krishnamurti et Rajneesh. Et la liste serait longue... Même les "réalisés" ne s'entendent pas ! Cela me peine !