Aujourd'hui nous sommes allés voir les Pèlerins d'Arès à Arès. Cela s'est révélé plus intéressant que ce que je craignais. Bon, je n'ai pas trouvé d'énergies spirituelles sur le lieu, en tous cas auxquelles je sois sensible, mais les gens étaient plus communicatifs que partout ailleurs (sauf peut-être les musulmans). A peine sortis de la salle, un black nous a sauté dessus pour commencer à nous raconter sa vie, il était prof d'Echecs dans les écoles, dépressif, mais bien content de sa nouvelle "religion" où il se faisait plein d'amis, et de fil en aiguille, 3 autres personnes sont venues me parler. Ils croient à leur truc et ça leur donne le moral, cela dit le résultat reste mitigé à mon sens. Quand je disais à l'un d'entre eux que je n'avais a priori aucun espoir que mon EHS s'améliore, il m'a dit qu'il fallait garder espoir parce que Dieu ne nous abandonne pas et s'occupe de nous. Ce qui revient à postuler que ma situation est mauvaise. Mais en fait je ne sais pas si elle est bonne ou mauvaise. Ce qui est mauvais pour moi actuellement c'est de ne pas arriver à dormir, quand ça arrive. Mais rester coincé dans les deux mètres carrés de la maison qui sont électriquement neutres, sauf à mettre un costume spécial, on ne sait pas ce qui peut en sortir. Par exemple j'ai décidé de faire travailler son chant à ma copine, je ne sais pas si je l'aurais fait autrement. Elle ne deviendra pas soliste internationale, mais elle pourrait devenir soliste tout court, ça serait déjà quelque chose. J'en reparlerai dans un autre post.

Sinon à l'entrée ils vous posent une question : "Est-ce que vous aimez tous les hommes et est-ce que vous leur pardonnez". J'ai répondu "oui" dans hésiter, alors que mes amis ont répondu "j'essaie". Je me suis demandé d'où venait cette différence, mais ce que j'avais dans la tête à ce moment, c'est ce que j'ai tout le temps en tête ces temps-ci. Qu'est-ce que l'amour inconditionnel ? Il ne fait pas de différence entre mon voisin, une fleur et une crotte de chien, pour cette bonne raison que tout apparaît comme les apparences pures de notre esprit. S'il y avait des différences, ça ne s'appellerait plus de l'amour inconditionnel, puisqu'il serait sujet aux divers conditions des êtres, humains, fleur ou crotte de chien. Quand on travaille à tout percevoir comme les apparences de son propre esprit, il n'y a plus personne à essayer d'aimer, et rien à pardonner puisque tout est égal. On perçoit le miroir, et les apparences sont toutes des ornements. Ce que les bouddhistes appellent "sagesse de l'égalité". Je ne dis pas que j'y parviendrais dans une prison chinoise, mais sauf exception et vu ma condition présente, ça se présente comme ça. Ça ne veut pas dire qu'il n'y a pas de discrimination, puisqu'il existe aussi une "sagesse discriminante", sans quoi on ne parlerait plus d'état naturel mais d'indifférence au mauvaise sens du terme. Les gens sont tous égaux, mais tous différents, et donc nullement interchangeables. Comme des fleurs dans un champ. Quoi qu'il en soit ce n'est pas d'eux que j'attends le progrès ou quoi que ce soit d'autre.
De la même façon, je n'ai plus du tout le fantasme de trouver un maître. Il faut dire que j'ai eu en début d'année un Père spirituel pendant 3 semaines, j'ai reçu en accéléré à peu près toutes les leçons principales à ce sujet, et après la dernière, l'esprit omniscient qui l'habitait est tout simplement parti, n'ayant plus rien à faire là. J'ai vu à cette occasion ce qui n'allait pas chez les disciples actuels, qui se comportent tous comme des fantômes affamés. Comme tels, ils ne peuvent rien recevoir, car le propre du fantôme affamé, ce n'est pas d'être dans un lieu sans nourriture, c'est de ne pas avoir d'estomac. Ce sera le sujet d'un autre post.