Je pense que Chepa Rinpoche a dû beaucoup souffrir, tout le temps qu'il a passé en France (les 15 dernières années de sa vie). En effet, je retrouvais l'autre jour un texte qu'il avait fait distribuer un jour "conseils pour la sangha" ou un truc du genre, et dedans il expliquait qu'il espérait vraiment que cette sangha serait différente des autres, qu'il pourrait faire connaître le dharma aux gens et leur être bénéfique... ça a dû être vraiment horrible de constater qu'il obtenait en réalité le résultat inverse, car il a réellement obtenu le résultat inverse avec un certain nombre de gens. Dans le meilleur des cas, il n'y a eu aucun effet. Je n'invente rien, il l'a dit lui-même à plusieurs reprises, que les gens n'avaient développé aucune compassion en 10 ans, et que lui-même se faisait l'effet d'être un clown dans un cirque, que les gens étaient comme des puits sans fond où on pouvait jeter tout ce qu'on voulait sans que ça change rien, et qu'il ne comprenait pas ce qui se passait. Comment lui en vouloir d'avoir finalement décidé de profiter des gens pour leur voler leur argent et leur énergie vitale. C'est sûr qu'un grand Rinpoche n'aurait pas réagi de cette façon (enfin, pour l'argent, si).  

Du coup j'ai relu quelques textes et j'ai été étonné de ma propre bêtise à l'époque. En fait je ne les avais jamais "lus", ni personne autour de moi c'est évident. Il faut dire que le milieu ne s'y prêtait pas. Cinquante personne ânonnant du tibétain, et ensuite du français, dans une atmosphère d'ennui terrible, tout le monde avait l'impression d'effectuer une corvée pour faire plaisir au lama, et personne n'a jamais regardé de près ce qu'il était en train de lire. Ou plutôt, personne n'avait assez de cognitions valides pour s'apercevoir de ce qui se trouvait dans les textes en question. Que je ne peux expliquer vu que ça n'est pas intellectuel. Mais bon, on peut dire que c'est des outils pour développer un nouveau corps. A condition d'avoir un embryon.

Au lieu de ça les gens ont utilisé le dharma "contre" autrui, soit pour s'enfermer dans une tour d'ivoire de supériorité et de refus de communication (le meilleur cas), soit pour certains, pour justifier leur méchanceté et la développer de la manière qui leur plaisait. Ceux-là m'ont finalement fait comprendre ce qu'est l'enfer vajra.
"Trungpa told us that if we ever tried to leave the Vajrayana, we would suffer unbearable, subtle, continuous anguish, and disasters would pursue us like furies") and will have a bad time in the bardo, seems to be old hat in the Tibetan tradition, and as you say, it is a fairly conventional Vajrayana view". Celui qui dit cela n'a manifestement réfléchi à rien. L'enfer vajra n'est pas fonction de la lignée, du gourou, ou de quoi que ce soit d'objectif, sinon ce serait assez simple finalement de s'en prémunir. Il suffirait quand on a affaire à un faux gourou d'aller en voir un vrai pour nous nettoyer du faux. Mais ça ne marche pas du tout comme ça.
La question est en réalité de savoir à qui nous avons donné notre amour, ou vendu notre âme, si vous préférez. C'est quelque chose qui ne peut être effacé par personne, car ça nous concerne au plus intime. Si nous avons formé un tel lien (quelle que soit la qualité objective de la personne) et que nous l'avons brisé, nous allons simplement nous mettre à utiliser le dharma pour développer la haine et le ressentiment envers cette personne, qui est liée au plus intime de nous même, que nous le voulions ou non. Nos justifications ne comptent pour rien. Non seulement nous allons viser dans le mille, notre propre coeur, mais en outre nous allons utiliser le remède comme un poison. Etant donné sa grande efficacité intrinsèque, ce sera le poison le plus mortel. Entraîné en enfer, comment pourrons-nous en sortir ? dans la mesure où nous avons utilisé pour nous enchaîner tous les outils qui seraient censés nous aider à en sortir. Et aucun maître ne nous en sortira.
Par exemple, il y a eu le cas Sogyal Rinpoche (que je n'aime pas du tout). Ce ne sont pas les hypocrites qui ont à craindre l'enfer vajra (ils sont juste dans l'enfer normal qui est le leur depuis toujours), mais ceux qui l'ont vraiment aimé. Ceux-là peuvent aller voir aujourd'hui les plus grands maîtres, s'ils ont véritablement rejeté Sogyal et se sont mis à le haïr, leur situation est désespérée. Et ce n'est, à mon sens, pas la faute de Sogyal. Chacun est responsable de à qui il donne son âme. C'est la responsabilité du disciple, pas du maître, qui lui-même dispose d'une relative liberté, tout simplement parce qu'il maîtrise un peu mieux son esprit, même sans être un bouddha.
Dans le cas Chepa, et le connaissant, on pourrait postuler qu'il n'en a pas forcément voulu à ceux qui se sont mis à le détester après le scandale dont je ne répéterai pas les détails. Les disciples, eux, l'ont détesté, et ceux-là sont en enfer vajra, à la mesure de l'amour qu'ils ont eu pour lui. Mais lui, il savait forcément qu'il n'aurait pas été bon pour lui de tomber dans le même travers. Il se peut qu'ayant pris des mesures extérieures contre eux, il ait continué à les aimer dans sa Ford intérieure, quoique l'indifférence soit également une option. D'après ses dires il avait réussi à ne pas en vouloir aux chinois qui l'avaient torturé, sans toutefois parvenir à les aimer.
Mais au fond, il n'y a pas nécessité d'aimer tout le monde. L'univers sera toujours assez grand pour que l'on trouve une infinité de choses à y aimer, même en en ignorant une infinité d'autres. C'est ce que font les maîtres. Ils se concentrent sur le bon infini et ignorent tout bonnement le reste. Le commandement du Christ n'a rien d'obligatoire "aime tes ennemis". Pour quoi faire ? Pour qui ? On voit bien que les maîtres ne nous aiment pas. Ils ne nous détestent pas non plus. Ils ne nous voient pas, et ça va bien pour eux.  

Pour le reste, je dois dire que la vision des démons qui nous gouvernent (je parle de vision subtile), députés LREM, PDG et ministres véreux, est moins terrible que celle d'une personne ayant utilisé le dharma pour devenir un démon en justifiant son ressentiment. Il y a là une torsion qui vaut largement celle du réacteur de Tchernobyl. Certains postulent que l'enfer est vide, je crois au contraire qu'il est bien plein, du premier au septième cercle.
Ça vaudrait le coup de faire un jour une nomenclature des différentes enfers réservés aux pratiquants du dharma, entre ceux qui n'ont rien compris, ceux qui font les malins, et tous les autres.