Moi-même, il n'y a que les faits qui m'intéressent, avec une réserve cependant : il faut qu'il y ait un certain renouvellement, et que ce ne soit pas comme tu le disais à ton vendeur de journaux "il n'y a que les noms et les dates qui changent". Si tu avais été dans un monastère theravada, une prison thaïlandaise, si tu t'étais mis au violon ou à la flûte, ou au roller, si tu devenais musulman, si tu te mettais à voir des gnomes ou des extra-terrestres, je serais bien évidemment très intéressé. Raison pour laquelle le paragraphe "chirurgie esthétique" m'a le plus intéressé puisque c'était nouveau. Mais tu te doutes qu'il y a des rubriques dont j'ai entendu parler tant et plus (...). Et 10 ans plus tard, ça n'a pas changé, du moins dans les récits que tu en fais et les énergies ou sentiments véhiculées. Je n'ai pas de doute que pour toi c'est plus intense donc toujours aussi intéressant, mais c'est quelque chose dont ton interlocuteur ne peut pas bénéficier. Tu investigues toujours les mêmes objets, et tu as toujours les mêmes relations vis-à-vis de cet objets, c'est d'ailleurs ce qu'on appelle le karma. Exemple : si tout à coup tu ouvrais une école pour les gosses de prostituées thaïlandaises ou si tu te mettais au service d'un lama tibétain, ce serait une relation nouvelle. Cela dit il est très difficile d'avoir une relation nouvelle avec un objet ancien, il est bien plus facile d'en changer. Le but étant finalement toujours de percevoir le karma = ce qui nous oblige à avoir telle relation avec tel objet. Si on change d'objet, on peut éventuellement constater que lorsqu'on revient à d'anciens objets, la relation a changé. Sinon, je crois qu'il n'y a quasiment aucune chance.  
Mon problème n'est donc pas la gêne, mais la lassitude d'avoir à entendre encore ou toujours ce que j'ai déjà entendu 100 fois. Je dirais même qu'autrefois c'était plus intéressant, car il y avait plus de variété. Que toi tu te sentes mieux avec la même chose, j'en suis content pour toi, mais honnêtement, cela ne change pas ma vie de l'apprendre.
Que tu interprètes les choses en termes de gêne montre une fois de plus que tu ne me captes pas du tout. Je ne vois pas ce qui pourrait me gêner dans tes histoires, à part le fait de devoir les écouter pour la 100ième fois. J'en ai inventé des biens plus intéressantes (en ce qui me concerne), et ce que tu ne sais peut-être pas, c'est qu'une chose correctement imaginée est plus réelle qu'une chose concrète, par la vertu du "nouveau corps", qui grâce à son aspect "matériel" permet de vivre concrètement les choses imaginées. J'en ai fait le test plusieurs fois : imaginer une chose, et aller vivre cette chose pour voir si c'était mieux. Le vécu est généralement moins efficace en termes de transformation. Pour cette raison, je peux affirmer que des relations avec des femmes, j'en ai eu tant et plus (je ne parle pas de relations "idéales", je parle de toutes sortes de relations). Si nous avons le même genre de nouveau corps, tu sais que c'est possible, sinon je ne chercherai pas à t'en convaincre.    
En fin de compte, quelqu'un qui vit principalement dans l'action met beaucoup plus de temps à accumuler les expériences que quelqu'un qui sait comment agir dans l'imaginal et qui le vérifie avec 1% d'action matérielle. De la même façon, une personne qui connaît à peu près le piano peut ensuite apprendre des morceaux entiers sans toucher un piano,  et elle deviendra en réalité beaucoup plus forte que des personnes qui n'apprennent que sur le piano. Moi qui n'avais jamais eu la moindre relation "amoureuse", comment ai-je pu tout à coup me mettre avec quelqu'un, et que ça fonctionne, avec mon caractère impossible ? Parce que je l'avais imaginé depuis longtemps, et corrigé tous les défauts rédhibitoires - il y en avait beaucoup -. Je ne vais pas te rappeler que tu as gâché une centaine d'occasions, pour ne jamais avoir créé le modèle intérieur qui t'aurait permis de comprendre enfin les femmes, et ce qu'elles attendaient de toi... 
En fait on va beaucoup plus vite et plus loin avec l'imagination "vraie", parce que les choses les plus intéressantes et les plus transformatrices, on ne les trouve pas dans la vie réelle, mais dans le nouveau corps. Il y a les expériences qui nous tombent dessus, mais il y a aussi ce qu'on crée soi-même avec son nouveau corps, qui permet une évolution. 
Je me doute bien que tu récuses le concept d'évolution, mais c'est une absence de clarté concernant ton propre comportement. Pourquoi vas-tu voir des filles, si ce n'est pour évoluer et te libérer d'un certain karma ? Mais en faisant les choses toujours au même niveau, on voit bien que ça plafonne. Il y a des karmas plus subtils qui ne seront jamais touchés par des relations qui empruntent toujours la même forme. Les récits que tu fais le prouvent, ça fait 15 ans que tu parles de te nourrir de la frustration. Très sincèrement, tu aurais eu le temps de passer à autre chose, et de changer de vocabulaire. Parce que, quand l'expérience change, le vocabulaire change. Tout change.  
Je peux prendre mon propre exemple avec l'amitié. Je peux dire qu'au jour actuel, je n'ai plus d'amis, même s'il y a des gens avec qui j'échange. Alors qu'autrefois, avoir des amis c'était ma structure fondamentale. Mais j'ai créé des amitiés de plus en plus profondes dans mon nouveau corps, en sorte que tout ce qui peut se manifester matériellement n'est qu'un reflet de plus en plus pâle de ce que je vis par ailleurs. Il en va de même au niveau amoureux, bien sûr. Je ne fais donc plus d'efforts pour avoir des amis, comme tu le constates... Vraiment je t'aime bien et ça me désolerait de te faire de la peine, en même temps si notre ancienne relation n'a plus fonctionné c'était pour des raisons précises de répétition des mêmes choses que je ne veux pas reproduire. Que tu ne me captes pas, je l'ai accepté, et aussi le fait que tu ne sois intéressé que par tes histoires et pas les miennes. Pas de souci, c'est pareil avec tout le monde. Mais dans ce cas, il va falloir te renouveler, ou passer à un autre genre de récit. Après tout il y a maintes façons de relater une expérience. Si la profondeur change, la façon de raconter se modifie, car les vrais événements ne sont plus des faits matériels, et pas davantage la réalisation de la conscience pure et de ce qui se trouve au-delà. Il y a toute une hiérarchie de domaines intermédiaires. En quelque sorte, on n'est plus sur le sol terrestre, quoique étant toujours dans une forme de "matière".  
PS :
Il faut savoir que la vision symboliste est toujours subjective. C'est l'erreur de beaucoup de gens d'avoir pensé le contraire. Par exemple il y a une science des lettres avec le sanscrit, l'arabe, l'hébreu... Tout le monde la prétend objective. Si elle l'était il n'y en aurait qu'une. Si elle est multiple, c'est parce que le cosmos s'établit d'abord dans le corps du mystique, dont les lettres extérieures sont des symboles, qui se renouvellent en permanence. Les lettres lui permettent seulement de lire sa propre intériorité. 
Tu fais la même chose avec les planètes. Mais ton décryptage intérieur de toute cela t'est purement personnel, au mieux ça pourra donner des idées à quelqu'un qui aurait construit dans son intérieur un outil similaire. Car tout dépend de ce qu'on a construit dans son intérieur. Il n'y a pas de réalité objective. (Tiens, est-ce que tu as lu Et que rien ne te fasse peur ? Il y a un certain Gyaltsen Rinpoche parti en corps d'arc en ciel, il passait à travers les murs, et les chinois avaient beau lui mettre des menottes, elles tombaient, ils devenaient fous). Bref, moi je n'utilise pas les planètes, ni les tarots, mais seulement les vents canaux et gouttes, pour décrypter le "monde". Plus exactement, c'est le matériau de base de tous les systèmes d'interprétation, et on construit ce qu'on veut avec ça. Mais surtout, on est au courant que c'est des constructions. Le but étant toujours de dénouer son karma et de créer l'outil le plus adéquat pour ça. Comme on s'en doute, il change avec le temps, puisque si ça marche, le karma devient de plus en plus subtil... (et au risque de me répéter, si tu me dis que le karma ne t'intéresse pas, je te dirai que si c'était le cas tu resterais chez toi. Parce que ce que tu appelles "action spontanée", c'est ta façon de chercher les meilleurs moyens pour dénouer ton karma. Aujourd'hui tout le monde confond la spontanéité avec le fait de ne pas voir les raisons de ses actions).