Du fait que je parle de canaux, tu crois que je manipule des canaux. Mais en fait pas du tout. Je manipule des images et des conceptions, ce qui se traduit fort opportunément en canaux, ce qui permet de faire des distinctions très précises. Et puis après ça simplifie au niveau du langage. A supposer que le lecteur comprenne de quoi on parle. Chez les tibétains la transposition est automatique. Ils savent pertinemment que personne n'a jamais rien fait bouger en trafiquant des canaux. Et je peux te garantir que personne n'atteint la claire lumière en faisant entrer des vents dans des canaux. Mais on peut dire que ce qu'ils font peut s'exprimer de cette manière, et que c'est super pratique parce que ça donne une base de langage commune pour se refiler des méthodes.
Par exemple, le saint chrétien va te dire "Médite sur les plaies de Jésus et tu verras...". Sauf que si ça ne me dit rien Jésus, ça ne m'aide pas. Le tibétain va te dire "Ouvre tels et tels canaux". Il ne pense évidemment pas que le gars sera assez con pour le prendre au pied de la lettre. En fait ça veut dire :"Trouve les conceptions chez toi qui vont produire tel effet physique. Peut-être ça sera les plaies de Jésus, ou de ta grand-mère, ou une méditation sur les dalles de ta terrasse. Va savoir".   
Donc Dieu est là, nous sommes d'accord que ça n'est pas lui qui fait défaut. Mais mes conceptions. Donc par exemple, si je médite sur le Père ou sur la Mère, ça va ouvrir des canaux situé à tel et tel endroit et je vais sentir Dieu descendre de telle ou telle manière. Et puis je vais méditer sur toutes sortes d'autres choses qui vont en ouvrir d'autres etc. Et puis à la fin je vais résumer ça en disant "J'ai passé le mois dernier à ouvrir le 7è chakra (un peu)". 
Idem pour le nettoyage de karma. C'est une conséquence, pas une cause.
Alors l'utilité, c'est que ça permet de se refiler les expériences, parce qu'on est construits de manière assez similaire. Le Père est ici, la Mère est là, en fait tout l'univers est positionné d'une certaine manière dans notre microcosme. Un jour j'ai compris que cette histoire de kabbale de diffusion de lumières dans l'univers, ça parlait peut-être de l'univers, mais ça parlait surtout de différentes strates énergétiques qui se situent autour de notre corps. L'ain sof est la couche la plus éloignée, notre corps physique c'est malkut, et il faut arriver à nettoyer le merdier intermédiaire. Qui se présente sous la forme de ce que nous appelons "l'univers", qui est en fait une projection de notre esprit. Bref. 
Donc c'est un langage super pratique, si on est bien d'accord que ça veut dire "débrouille toi pour trouver la cause qui va produire telle conséquence". Et ça, ça change pas mal en fonction des gens, parce que le Père la Mère et le reste, ça se présente différemment chez chacun. Mais ça atterrit à peu près toujours dans les mêmes canaux.
La Vérité c'est que Dieu est là et qu'il n'y a aucun prérequis.
Mais bien sûr qu'il est là, je dis même qu'il est jusque dans toutes les choses les plus horribles. Le prérequis c'est que je trouve comment moi je lui barre le passage. Vu que lui, respecte ma liberté. Donc si je me sens mal le jour où on me torture, la faute n'est pas à Dieu, elle est à moi qui ne sais pas le reconnaître dans cette action. Quelle que soit la façon dont je finis par le reconnaître, ça sera traduisible en termes de vents et de canaux. Ce qui me permettra de transmettre une méthode.  

Pourquoi veux-tu nettoyer tout ton karma? (C'est pas une question piège ou rhétorique. L'entreprise est louable mais je me demande si le résultat sera conforme à tes attentes).

Il est entièrement conforme à mes attentes, puisque je ne procède pas en nettoyant du karma, mais en extrayant les essences divines que mon expérience terrestre. C'est ce que j'ai toujours voulu. Je n'ai trouvé que récemment comment procéder. 
C'est forcément conforme à mon attente, puisque c'est exactement ce que je veux. Est-ce que tu connais une voie plus directe que de faire exactement ce qu'on veut (selon la vérité profonde de son être, j'entends) ? Comment pourrait-on être déçu ? 
Je pourrais même dire que ma voie est plus directe que la "voie directe", puisqu'on pourrait dire que "investiguer sur le soi" est encore une conséquence. Alors je n'investigue pas sur le soi. Je réalise mon désir profond, il est semble que le résultat peut aussi être décrit comme une investigation sur le soi. 
  
Il est vain d'essayer d'avoir le dernier mot, je me contente de tenir pour "vrai" ce qui est seulement le meilleur pour moi et de considérer qu'Il sait ce qui est le meilleur pour moi. Je ne crois pas en l'existence d'un "vrai" absolu.
Nous avions une conversation ce soir avec A*. Il m'expliquait que Malebranche avait la meilleure analyse du christianisme, en prouvant logiquement que le Christ ne pouvait être ni omniscient ni omnipotent. 
Je lui ai répondu que Malebranche n'était pas chrétien, mais tenant d'une religion objectiviste. Que le christianisme consistait à l'inverse à développer des conceptions qui deviendraient vraies dans leur univers même si elles sont fausses dans l'univers "objectif" (qui serait en quelque sorte le contenant de tous les univers subjectifs, mais qui n'a pas forcément de l'importance puisque la seule vérité qui a du sens est subjective). 
C'est comme de dire "l'amour universel c'est quand tu fais des bisous à tout le monde". Tu prends une conséquence pour une cause.
Je vais dire "trouve la cause qui fera que tu auras envie de faire des bisous à tout le monde". Ce qui laisse finalement plus de liberté que de dire "trouve l'amour universel", puisque l'amour universel, des tas de gens en ont une conception complètement faussée. Et pour certain ça va même les dégoûter de tout. 
Alors qu'une conséquence matérielle, ça fait moins "peur" finalement. Les tibétains ne sont pas si bêtes qu'ils en ont l'air. Ensuite, que les Occidentaux soient stupides au point de n'avoir pas compris que tous leurs textes ne font que gloser sur des conséquences... sans doute que personne ne l'avait prévu.