Cette nuit je me suis réveillé après quelques heures de sommeil, et quand j'ai ouvert la lampe des yeux, c'est devenu totalement hallucinatoire. Je précise que je ne distingue pas les 4 ou 5 lampes habituelles, juste 2, une dans le coeur, une dans les yeux, ce qui semble inclure les autres, de fait. Donc en plein milieu de la nuit ça marche particulièrement bien, on croirait vraiment avoir pris de la DMT (un truc que j'ai très peu essayé), et c'est quelque chose que je déteste notablement. Et puis avec l'heure indûe, pas moyen d'allumer l'autre lampe et d'avoir des trucs potables plutôt que ces visions de drogué, du coup j'ai préféré me rendormir. Et ce qui est fou, c'est que dès qu'on éteint le truc, ça disparaît. Et dès qu'on l'allume, c'est la sarabande. Rien à voir avec l'espace des phosphènes, contrairement à ce que croit ce malheureux Bouddhanar, une croyance partagée par pas mal de gens je crois. C'est tout à fait un autre espace, et ce qui est très étrange, c'est qu'il est devenu facile à identifier maintenant, alors que je l'ai cherché en vain pendant 18 ans... En même temps je n'aurais rien gagné à le trouver plus tôt, car si on n'allume pas aussi la lampe du coeur, c'est juste un truc à devenir fou. Et pour être stable dans celle-là, c'est pas gagné. C'est plus difficile que d'être stable dans le feu du nombril (canal central), parce que c'est des canaux plus subtils (canaux kati).

Je découvre la chromothérapie. Avec mon foie, je note que j'aime beaucoup regarder les arbres jaunes (ça tombe bien, il y en a plein), mais aussi les reflets du soleil dans le salon, et du coup je m'aperçois que toutes les couleurs nourrissent d'une manière ou d'une autre. Disons que ça entre dans certains canaux que je commence à sentir.