12 ans de blog... ça doit être rare quand même. Bon, je n'ai pas encore tout rapatrié, et de toutes façons je vais en laisser un paquet derrière, mais j'ai retrouvé tous mes vieux blogs jusqu'en 2005, les posts sur la vie quotidenne ne sont pas inintéressants et souvent rigolos. Par contre tout ce qui concernait la pratique, c'était clairement n'importe quoi. Finalement, c'est resté n'importe quoi jusqu'en 2010 environ, là il y a comme une période de transition, et puis à partir de 2013 ça devient pas mal. En fait c'est une année "riche" entre la période soufisme, le sungazing, la saison 8... et pourtant je considère aujourd'hui que la "vraie" pratique n'a commencé qu'en septembre 2014... ce qui est clairement une sous-évaluation du reste vu ce blog. Elle a plutôt commencé en 2007 et mis 3 ans à germer. Ce qui veut dire qu'au fond, tous mes anciens amis ne m'ont connu que complètement débile (et ça c'est une sur-évaluation).

Comme on s'en doute je n'ai pas remis tous ces vieux blogs pour dire que j'étais une personne remarquable à l'époque, mais plutôt pour les mêmes raisons que Casasnovas a laissé toutes ses vieilles vidéos, quoique mon historique soit beaucoup plus long. Les années 2005-2007 montrent dans quel état dramatique on peut être malgré 10 ans de pratiques pendant lesquelles je n'aurai pas ménagé mes efforts puisque j'ai commencé en 96. Et qui avaient en quelque sorte donné un résultat quand même, parce que malgré tout, comparé à mes 20 ans, j'étais devenu une excellente personne. Je veux dire que la négativité qui se dégage de mes posts et qu'on m'a assez reprochée, ça n'était vraiment rien par rapport à ma jeunesse. J'en avais déjà fait partir 90%, et pourtant ce qui restait était déjà effrayant d'un certain point de vue. En 1987, je suis spirituellement dans le même état de Casasnovas à l'article de la mort, et en 2007 je suis dans le même état que lui dans ses premières vidéo. Pas beau à voir. C'est ce qui m'a fait croire faussement qu'on pouvait sauver n'importe qui. Sauf que bon, j'avais oublié d'autres facteurs, comme la curiosité, la persévérance, et le fait d'avoir une sphère intellectuelle. On nous dit toujours que ceux qui sont des mauvaises personnes sont foutus, mais d'après mon expérience, les imbéciles qui se croient gentils le sont encore plus.  

A ce sujet je suis passé au Tome 2 de C Allain et je suis finalement un peu étonné de tout ces que ses fées lui font partir, encore et encore. Il me fait penser à un ancien ami, 30 ans de pratique à l'époque, qui semblait sans arrêt sortir des trucs, mais toujours de même niveau. Mais à la réflexion, cela illustre bien les avantages et inconvénients de leur chemin. Quand une fée vient vous débarrasser d'une névrose, ou d'un schéma négatif, vous n'en voyez pas la cause. Je ne parle pas de la cause karmique (horizontale), mais de la cause verticale. Par exemple, vous avez des douleurs au cou parce que vous êtes mort étranglé dans une vie précédente. C'est la cause karmique, et ça les fées peuvent vous le montrer bien sûr. Mais à ce niveau là vous pouvez tourner pendant des siècles, et même retrouver tout le karma de l'humanité je pense. Et ensuite vous irez trouver les karma d'autres planètes, ou recommencer avec le même. Parce que les vraies causes sont ailleurs, d'un autre niveau. Les causes de la contamination des vents grossiers ne sont pas dans les vents grossiers, mais dans les vents subtils, et la racine de tout cela se trouve finalement dans le vent très subtil. Alors autant on découvre plein de choses passionnantes avec CA, sur les gnomes, les elfes, enfin tout le bestiaires des contes et légendes de nos ancêtres, autant on trouve peu d'infos sur une éventuelle subtilisation des vents. En même temps, si c'est arrivé (je n'en sais rien, pour l'instant je dois en être à 2009 ou 2010), ça n'a pas dû se faire vite, parce qu'il n'a aucune pratique qui va dans cette direction. Il y a des pratiques spécifiques pour affiner les canaux, et apparemment ce ne sont pas les fées qui peuvent les faire à notre place. Donc on vire, on vire, et il y en a toujours autant, puisqu'on est reliés à l'humanité entière. Mère l'avait vu aussi, à sa façon. 

Le seul moyen de s'en sortir, c'est de casser les briques en gravier, le gravier en sable, le sable en atomes... et là le karma ne s'accroche plus, et d'ailleurs on ne le perçoit plus chez les autres. Il y a des sortes de karmas qui ne s'attachent que sur telle taille d'agrégat, donc tous les canaux qui passent à la taille en dessous n'accrocheront plus ce karma. Par exemple, quand je vais à Arcachon ou autre restau, je ne vois plus les gens, littéralement. J'ai été très étonné de retrouver toutes les réflexions à leur sujet dans mes anciens blogs. Aujourd'hui ce serait totalement impossible. Et d'ailleurs je me vois faire. Quand je me trouve à côté d'une personne, il y a une sorte de mur qui se met en place. Pas un mur spatial où je me ferais une bulle, mais un mur de catégorie perceptive. C'est-à-dire que je vais me brancher sur l'âme de cette personne, ou les anges qui traînent dans le coin, et ne pas voir ses défauts. Parce que bon, les voir c'est les prendre sur soi, et apparemment mon corps a un refus très net, donc il coupe - de toutes façons il n'est pas en état -. Donc c'est comme si dans chaque personne, il y a une sorte d'abîme, j'en vois la porte, et je me détourne. Alors qu'avant je voyais tout.

C'est logique finalement. Ce qui m'intéressait autrefois dans les problèmes des gens, ce n'était pas les problèmes des gens, c'était une façon de trouver les miens. Selon cette logique, je ne m'intéresse aujourd'hui qu'aux problèmes qui pourraient m'aider à avancer. Donc ce que je voulais dire au départ, c'est que si on est aidé par des "nettoyeurs", fées ou autre, on ne va pas s'engager dans la démarche de trouver des pratiques super compliquées à mettre en oeuvre qui vont nous permettre de trouver les causes des causes, et de tout dissoudre jusqu'au niveau subatomique. La "lumière" ne suffit pas, il faut l'utiliser d'une certaine manière, et ça c'est de notre ressort. C'est notre liberté, comme qui dirait.

Puisqu'il y a finalement 2 sortes des pratiques qui vont dans ce sens : tummo pour le niveau grossier subtil / thögal pour le niveau subtil - très subtil. Tummo on le trouve dans toutes les traditions, sous une description ou sous une autre. Chez CA il connaît la théorie, mais on sent qu'il n'en a pas fait sa priorité. Pour ce qui est de thögal, on en trouve des signes ici et là, mais pas en tant que pratique, plutôt en tant que "signe", mais du coup ça n'avance pas si vite. Parce que, autant je suis convaincu qu'il n'y a pas réellement de postures importantes, autant il y a des "lampes", et si on les oublie, alors ça ne se développera pas. Et ça ne s'invente pas, parce que même si quelq'un trouvait rigolo d'allumer ces lampes, comment se douterait-il où ça le conduirait en continuant pendant 20 ans, si personne ne le lui dit. Il se dira "Tiens voilà des visions rigolotes, mais ça n'a aucun intérêt", et il passera à autre chose. Sans voir qu'il y a là un chemin. Bref, c'est aussi l'inconvénient de la spiritualité moderne. Tous les phénomènes étant jugés sans intérêt, on ne différencie pas ceux qui constituent un chemin de ceux qui ne valent rien, et ça pédale dans le yaourt. CA le dit lui-même, il n'a pas de but dans la vie à part s'amuser, puisque tout est déjà fait à un certain niveau etc... C'est un peu méconnaître le plan divin quand même, mais comment le connaîtrait-il sans avoir étudié les traditions ? Contrairement à ce qu'il pense, Dieu n'est pas seul. Des gens beaucoup plus avancés et intelligents que lui ont "vu" que Dieu a fait tout ce bazar pour ne plus être seul, justement. De cette théologie fausse ("rien ne se crée, on s'amuse et on retournera tous à la lumière quoi qu'il arrive") résulte une pratique dés-orientée en quelque chose. Et il n'a pas beaucoup réfléchi d'ailleurs, sinon il aurait vu que l'infini potentiel n'est pas un infini actuel, et qu'il est donc impossible de dire que "tout existe déjà à un certain niveau".

Le but de Dieu est de tirer de l'actuel de cet infini potentiel, pas de le laisser dans le néant. Et il est bien évident que seule une infime partie en sera tirée. Par exemple, si l'on voulait "tirer" tous les nombres réels situés entre 0 et 1, même si l'on avait un temps infini, on voit très bien que ce qu'on en tirera n'épuisera rien de toutes ces possibilités, qui seront toujours infiniment plus infinies que le peu qu'on aura sorti. Et cependant, ce qui est vraiment important, c'est le peu qu'on aura sorti. Et c'est exactement ce que Dieu veut faire. Tirer une minuscule infinité de bouddhas, de tout ce qui serait possible.